Cet article date de plus de dix ans.

Le train nucléaire, en route pour l'Allemagne

Après une matinée d'affrontements entre militants anti-nucléaires et forces de l'ordre, le convoi de déchets nucléaires a quitté avec retard le terminal ferroviaire d'Areva à Valognes. Direction Gorleben, en Allemagne. Via Reims ce jeudi matin.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Tobias Schwarz Reuters)

Ils ne sont pas parvenus à bloquer le convoi. Mais les militants anti-nucléaires ont retardé son départ. Les onzes wagons chargés de déchets nucléaires allemands hautement radioactifs censés partir à 14h30 n'ont finalement quitté le terminal ferroviaire de Valognes qu'à 16h. La faute aux perturbations sur les voies.

Selon la préfecture entre 100 et 250 militants anti-nucléaires étaient mobilisés pour bloquer le passage du train. Face à eux... plus de 3.000 gendarmes. Bilan des confrontations : deux manifestants et un gendarme légèrement blessés, douze personnes placées en garde à vue après des effractions sur la voie ferrée et après l'incendie d'un fourgon de CRS.

"les déchets vitrifiés transportés dans les
conteneurs étant très hautement radioactifs, les conséquences d’un
accident pourraient être gravissimes" (Réseau Sortir du nucléaire)

Sur son
site Internet
, le Réseau Sortir du nucléaire dénonce un transport "extrêmement
risqué".
Il reste 1.500km à parcourir à ce convoi hautement médiatique. A l'arrivée, il est attendu en Allemagne par... des dizaines de milliers d'anti-nucléaires et 19.000 policiers. Le précédent convoi en 2010 avait été bloqué trois heures à Caen et une nuit en Allemagne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Nucléaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.