Flamanville : les deux réacteurs de la centrale nucléaire à l'arrêt après la découverte de traces de corrosion

Ces traces ont été décelées sur des systèmes de secours du premier réacteur. Le second était, lui, déjà à l'arrêt pour sa visite décennale.

La centrale nucléaire de Flamanville (Manche), le 30 mai 2017.
La centrale nucléaire de Flamanville (Manche), le 30 mai 2017. (MAXPPP)

Le réacteur 1 de Flamanville (Manche) est à l'arrêt depuis mercredi 18 septembre 2019, et pour une durée encore indéterminée. Lors de contrôles réalisés sur l'unité de production, les équipes d'EDF et l'Autorité de sûreté nucléaire ont constaté des traces de corrosion sur des systèmes de secours et ce, malgré une récente révision de dix mois.

La durée de l'arrêt "sera définie en fonction de la nature précise des réparations à effectuer", indique dans un communiqué la direction de la centrale récemment placée sous "surveillance renforcée" par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en raison de difficultés. Selon le gestionnaire du réseau électrique à haute tension français RTE, l'arrêt doit, au minimum, durer jusqu'au 2 octobre.

Redémarrage du réacteur 2 le 5 décembre

Le second réacteur de la centrale étant déjà à l'arrêt pour sa visite décennale, la centrale ne produit plus d'électricité. La révision du réacteur 2 est elle aussi plus longue que prévue, avec cinq mois de retard. Selon RTE, le redémarrage du réacteur 2 doit intervenir le 5 décembre. 

Un troisième réacteur est en construction à Flamanville, le fameux EPR. Mais ce chantier connaît également de nombreux déboires, et la mise en service du réacteur a été reporté à de nombreuses reprises.