Corée du Nord : la nouvelle provocation de Pyongyang

Après l'annonce faite par le régime nord-coréen du tir d'un missile balistique de longue portée, la tension est encore montée d'un cran dans la région. Le point avec notre correspondant à Pékin, Arnaud Miguet.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Il y a une double inquiétude dans la région. En Corée du Sud d'abord, par rapport à ce qui se passe de l'autre côté de sa frontière [...] Même chose au Japon, grand allié des États-Unis. Tous les regards se tournent vers Pékin, qui peine, c'est le moins que l'on puisse dire, à convaincre son ancien allié et dangereux voisin nord-coréen", explique notre journaliste après le tir, annoncé comme un succès, d'un missile capable selon les experts de parcourir près de 13 000 kilomètres.

Le Conseil de sécurité de l'ONU va se réunir

Arnaud Miguet explique également que la Chine n'a aucune envie de voir la moindre présence militaire américaine dans la région. Selon lui, "personne ne sait vraiment comment faire face au régime de Pyongyang et à la dictature de Kim Jong-un. Une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU a été demandée aujourd'hui, mercredi 29 novembre, en urgence", ajoute-t-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un missile tiré par la Corée du Nord, à l\'occasion d\'un test, le 5 juillet 2017.
Un missile tiré par la Corée du Nord, à l'occasion d'un test, le 5 juillet 2017. (HANDOUT / SOUTH KOREAN DEFENCE MINISTRY / AFP)