Comment de l'acide s'est échappé de la centrale de Cattenom, en Moselle

Près de 60 m3 de ce produit corrosif se sont déversés, fin juillet, dans le sol de cette centrale nucléaire, puis dans la rivière.

La centrale nucléaire de Cattenom, au bord de la Moselle, le 31 janvier 2012.
La centrale nucléaire de Cattenom, au bord de la Moselle, le 31 janvier 2012. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Il a fallu quinze jours pour que l'incident soit révélé. Près de soixante mètres cube d'acide chlorhydrique se sont déversés, fin juillet, dans le sol de la centrale nucléaire de Cattenom, une ville située près de la frontière luxembourgeoise. Le produit "corrosif" mais "non toxique", utilisé notamment pour le traitement anti-tartre du réfrigérant atmosphérique du réacteur n°3 où s'est produit l'incident, a ensuite été rejeté dans la Moselle. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a rapporté la pollution dans un communiqué, mardi 13 août.

Le 23 juillet, l'exploitant de la centrale a décidé d'évacuer l'acide recueilli vers le réfrigérant atmosphérique du réacteur n°3 via une tuyauterie utilisée habituellement pour l'évacuation des purges des égouttures et des eaux pluviales. Six jours pus tard, l'exploitant a constaté qu'il manquait le tronçon final de cette tuyauterie. Au lieu d'être transféré vers le réfrigérant atmosphérique, l'acide chlorhydrique s'est donc infiltré dans le sol. Une partie des 58 m3 d'acide rejetés a été récupérée dans les eaux souterraines puis rejetée dans la Moselle par les voies de rejet normales de l'installation.

Déjà trois incidents en juin

L'ASN précise que l'exploitant a engagé un programme de surveillance des eaux souterraines à l'intérieur et à l'extérieur du site. Et elle ajoute que "l'évaluation effectuée indique que l'impact à l'extérieur du site est peu probable".

Fin juin, la centrale avait déjà connu trois incidents en dix jours, rapporte le journal luxembourgeois L'Essentiel. Le quotidien ajoute qu'elle faisait aussi partie des centrales qui présentaient en 2012 un niveau insuffisant de sûreté ou de radioprotection.