Cet article date de plus de sept ans.

"Ne venez pas, ce n'est pas l'eldorado", témoigne un migrant de Calais

Lors de la matinée spéciale de France Info sur le thème de la crise des migrants, Fabienne Sintès a rencontré Alpha. Arrivé il y a trois mois à Calais, il veut avant tout rester indépendant et met en garde ceux qui veulent venir.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Alpha est arrivé à Calais il y a trois mois © Radio France / Nicolas Favreau)

De 6h à 9h, Fabienne Sintès était en direct de Calais. Elle est allée à la rencontre de tous les acteurs de cette crise : les migrants, les associatifs, les riverains, et les élus.

Alpha est arrivé il y a trois mois dans la jungle de Calais, située à 5 kilomètres du centre-ville. Il y a installé une hutte, des panneaux et possède même des poules. "J’ai fait mon coin parce que je me respecte et je veux être quelqu’un dans ma vie. La maison que j’ai faite, c’est ma culture. Je suis Peul. "

  (La hutte d'Alpha © Radio France / Nicolas Favreau)

Le petit coin d’Alpha est très accueillant. Il a installé des tables, des chaises, a fait sa propre cuisine, et a mis des fleurs devant sa maison. Bientôt, il y aura une petite boutique car il veut dépendre uniquement de lui-même. "Je vais vendre des chips, de l’eau mais pas d’alcool parce que cela amène de mauvais gens. "

  (Le "salon" d'Alpha © Radio France / Nicolas Favreau)

Alpha a également installé des panneaux sur lesquels il écrit de nombreux messages. "Souvent les gens sont racistes et ils ne savent pas pourquoi ils le sont. "  Aujourd'hui, il veut montrer aux Calaisiens qu’ils sont "des humains, pas des animaux. "

  (Alpha a installé de nombreux panneaux à destination des migrants et des passants © Radio France / Nicolas Favreau)

Après dix ans de marche, Alpha est fatigué. Comme beaucoup, il a essayé de passer grâce aux camions. "J'ai essayé mais ce n'est pas facile. J'en ai marre. " Pourtant, il n'a pas abandonné l'idée de partir en Grande-Bretagne, mais pour le moment il fait une pause.

A ceux qui veulent venir, il dit : "Restez, ne venez pas, ce n’est pas l’Eldorado. "

Le témoignage d'Alpha, arrivé à Calais il y a 3 mois
écouter
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.