Enquête : les "mariages gris", des arnaques aux sentiments pour obtenir des papiers

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 7 min
 -
Enquête : les "mariages gris", des arnaques aux sentiments pour obtenir des papiers - ()
Article rédigé par France 2 - K. Adda-Rezig, F. Daireaux, P. Ngankam
France Télévisions
France 2
Le gouvernement lance une alerte face à la recrudescence des mariages frauduleux. Ces escroqueries aux sentiments se développent notamment sur internet, et les maires se retrouvent en première ligne.

Encore meurtrie, une Lorraine témoigne anonymement. Il y a six ans, tout juste divorcée, elle se rend à Djerba (Tunisie) pour des vacances, et tombe amoureuse d’un Tunisien de 15 ans de moins qu’elle. Après ce voyage, ils se contactent régulièrement, et elle fait des allers-retours en Tunisie pour le retrouver. "Il me disait je t’aime", se souvient-elle. Ils se marient en Tunisie en 2019. En devenant, son époux, il obtient un visa lui permettant d’entrer légalement sur le territoire français. En arrivant, il change totalement et la quitte, à peine son titre de séjour reçu. 

Des conseils en ligne pour obtenir des papiers 

Elle a été victime d’une "mariage gris", une arnaque aux sentiments, dans laquelle l’un des deux époux fait croire à l’autre qu’il est amoureux pour obtenir des papiers. Me Charoulata Anandappane, avocate à Thionville (Moselle), évoque "depuis deux-trois ans" une hausse des consultations pour ce motif. Sur le web, des centaines de vidéos circulent avec des conseils pour obtenir des papiers. Le mariage est l’une des plus souvent proposées. 

La tentative d’organisation de mariage gris est un délit passible de cinq ans d’emprisonnement, et 15 000 euros d’amende. Pour empêcher ces escroqueries, les mairies étudient scrupuleusement les demandes de mariage

Parmi Nos sources :

Préfecture de Seine-de-Marne

Préfecture des Pyrénées-Atlantiques

Chiffres communiqués par le ministère de la Justice

Chiffres communiqués par le Tribunal judiciaire de Nantes

Liste non exhaustive. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.