Cet article date de plus de neuf ans.

Mardi de mobilisation en France contre la crise

L’appel est lancé par les organisations syndicales de la Fonction publique. Cette journée qui se veut interprofessionnelle a été décidée le 18 novembre dernier par les syndicats CFDT, CFTC, CGC, CGT, FSU et UNSA.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Nathanael Charbonnier Radio France)

Le défi n’est pas évident pour les
syndicats. Il s’agit de mobiliser contre la politique d’austérité du gouvernement,
et ce à quelques mois de l’élection présidentielle. La période est habituellement
peu propice pour faire descendre les français dans la rue. Toutefois, les
syndicats ont décidé de ne pas baisser les bras pour autant. Ils appellent les salariés à
agir pour dire leur mécontentement. La mobilisation a commencé en réalité au début du mois pour aboutir à cette journée du 13 décembre, point d'orgue de la contestation.

Concrètement, il ne devrait pas y avoir de perturbation. Il
n’y a pas d’appel à la grève, mais juste un appel à se faire entendre. A Paris,
la mobilisation prendra la forme d’un rassemblement devant l’Assemblée
nationale. Parallèlement, des distributions de tracs auront lieu un peu
partout, sur les marchés mais aussi dans les entreprises et les
administrations.

Pas d’appel à la grève, mais des préavis déposés

Du côté des syndicats, l’union est presque au rendez-vous.
On notera que cette mobilisation est même soutenue par FO. Force ouvrière
aurait préféré toutefois que cette journée ne soit pas qu’une simple journée de grogne, mais une réelle journée de grève. Cela dit, afin de permettre aux agents territoriaux de prendre part aux différentes
actions prévues, la CGT a déposé un préavis de 24 heures dans la
Fonction publique territoriale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.