Manifestation pro-palestinienne à Paris : la préfecture de police ne compte pas l'interdire

Anne Hidalgo, maire de Paris, a fait part de son inquiétude dans une lettre adressée, vendredi, au préfet de police de la capitale concernant un rassemblement pro-palestinien, prévu samedi, afin de prévenir tout trouble à l'ordre public. La préfecture de police n'a pas l'intention de l'interdire.

Anne Hidalgo, maire de Paris, le 22 mars 2017, à Paris. (Photo d\'illustration)
Anne Hidalgo, maire de Paris, le 22 mars 2017, à Paris. (Photo d'illustration) (BERTRAND GUAY / AFP)

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a adressé un courrier, à la préfecture de police de Paris, pour faire part de son inquiétude, vendredi 30 mars, concernant un rassemblement pro-palestinien prévu samedi 1er avril dans la capitale, dont le mot d'ordre est : "séparation du CRIF [Conseil représentatif des institutions juives de France] et de l'État". La préfecture de police a fait savoir, dans un communiqué, au cours de la soirée de vendredi, qu'elle ne comptait pas interdire le rassemblement.

Plus tôt dans la journée, Anne Hidalgo avait demandé au préfet de police de "prendre toutes les mesures appropriées" pour prévenir tout trouble à l'ordre public. "La déclaration qui a été transmise à la préfecture de police [par les organisateurs du rassemblement] ne comporte pas d'éléments d'appels publics et directs au racisme et à l'antisémitisme", a répondu le préfet de police de Paris. "En outre, une menace grave de trouble à l'ordre public ne peut être caractérisée à l'heure actuelle", a-t-il poursuivi.

La manifestation, organisée par plusieurs associations, dont CAPJPO-EuroPalestine et les Indigènes de la République, doit se tenir, samedi après-midi, place du Châtelet, à Paris. Elle vise à "célébrer la résistance palestinienne", selon le site Internet d'EuroPalestine.