Cet article date de plus de sept ans.

Manifestation contre la venue de marins russes à Saint-Nazaire

Quatre cent marins russes sont attendus ce lundi à Saint-Nazaire. Ils viennent s'y former en vue de prendre en main le "Vladivostok", premier des deux bâtiments de guerre fabriqués pour la Russie par les chantiers navals STX. Mais leur présence provoque des protestations et une manifestation pro-ukrainienne a eu lieu en ville.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le "Vladivostok" à Saint-Nazaire, sur lequel viennent se former 400 marins russes. © REUTERS/Stephane Mahe)

Ils n'étaient qu'une cinquantaine de militants pro-ukrainiens à manifester ce dimanche dans les rues de Saint-Nazaire, mais ils estiment le symbole important. Un navire de guerre russe, le "Smolny" fait en effet route vers l'embouchure de la Loire avec 400 marins à son bord. Il doit se présenter ce lundi à Saint-Nazaire et sera sans doute un objet de curiosité dans la région.

"Tueurs de Poutine"

C'est que l'arrivée de cet équipage est doublement connectée à l'actualité. D'une part, il s'agit des marins qui vont prendre en main les deux navires type "Mistral" construits par les Chantiers STX et dont les silhouettes grises se profilent au bout des avenues rectilignes de Saint-Nazaire. Mais c'est surtout les tensions en Ukraine qui provoquent des réactions : "Hollande, non à la formation des 400 tueurs de Poutine " et "Hollande, l'honneur de la France vaut plus que des Mistral ", pouvait-on lire sur des banderoles brandies non loin du "Vladivostok", le premier des deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) qui doit être livré en octobre.

Laurent Castaing, directeur général du chantier STX, espère que les marins russes recevront le meilleur accueil à Saint-Nazaire.
écouter

Des drapeaux ukrainiens, français et européens dominaient le cortège.  "Nous exhortons le gouvernement français (...) à ne pas remettre de hautes technologies militaires entre les mains de l'agresseur le plus puissant d'Europe", a déclaré Nathalie Pasternak, présidente du Comité représentatif de la communauté des Ukrainiens de France, qui appelait à ce rassemblement.

Les marins seront hébergé jusqu'à l'automne sur le navire-école "Smolny". La livraison du "Sebastopol", sister ship du "Vladivostok", devrait avoir lieu à l'automne 2015, mettant une touche finale à ce contrat d'1,2 milliard d'euros, à moins d'un durcissement de la situation en Ukraine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.