Cet article date de plus de sept ans.

Loi Travail : l'Ile-de-France en proie à la pénurie d'essence

Alors que plus de 10% des stations-services sont en rupture totale ou partielle d'essence en France après les grèves et blocages dans plusieurs dépôts, la pénurie de carburant guette l’Ile-de-France.
Article rédigé par Sandrine Etoa-Andegue
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Cette station BP de La Celle-St-Cloud manque de gasoil © Radio France - Fanny Bouvard)

Désormais plus de 10% des stations-services sont en rupture totale ou partielle d'essence en France et particulièrement dans le Nord-Ouest. Cinq des 100 plus gros dépôts d'essence sont bloqués et trois raffineries sont à l'arrêt dans le pays. 

76 stations en rupture totale ou partielle en lle-de-France 

La galère touche aussi depuis ce matin les automobilistes aux portes de Paris. Et notamment l'Ouest parisien : il faut parfois faire cinq ou huit stations-services différentes avant de trouver du carburant. Si l'on prend par exemple le groupe Total, 76 stations sont en rupture totale ou partielle en lle-de-France. Sont concernés surtout le département des Hauts-de-Seine et des Yvelines. 

La situation devient critique 

Sur le site penurie.mon-essence.fr, il est possible de suivre en temps réel la liste des stations qui subissent une pénurie en Ile de France. En fait c’est surtout le gazole qui manque : beaucoup de gérants de stations-services indiquent ainsi que les livraisons prévues vendredi dernier n'avaient pas eu lieu et que la situation devenait critique. 

L’essence commence à manquer dans le sud de Paris 

Dans les Hauts-de-Seine, à Levallois Perret, par exemple, plus une goutte de diesel dans deux stations. Idem dans deux stations d'Issy les Moulineaux, dans le sud de Paris, où l'essence vient à manquer. Des difficultés d'approvisionnement aussi du côté de Vaucresson. Dans les Yvelines, au Chesnay, à la Celle Saint-Cloud et à Rocquencourt, les pompes se vident très vite.

A LIRE AUSSI ►►►Loi Travail : les grévistes de la raffinerie de Gonfreville-l'Orcher attendent "la cavalerie lourde"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.