Après les élections, Israël compte au moins cinq députés ouvertement homosexuels

En 2015, Amir Ohana, militant conservateur du Likoud, devenait le premier député ouvertement gay de la majorité à siéger au Parlement. Après les législatives du 9 avril, la Knesset en comptera quatre autres. 

FRANCEINFO

Amir Ohana ne devrait pas rester le seul député gay du Parlement israélien après les législatives du 9 avril. "On a la communauté LGBT qui commence à faire partie intégrante de la vie politique. Pendant la campagne électorale pour les législatives, des partis de gauche essentiellement ont pris des positions pour la défense des droits LGBT", affirme Élisabeth Marteu, docteure en science politique spécialiste du Proche-Orient.

Se faire entendre sera compliqué

L'autre député gay sortant est Itzik Shmuli, membre du parti travailliste. Il a fait son coming-out en réponse à une agression homophobe lors d'une gay pride. Avec l'alliance centriste, principale rivale du parti de Benyamin Netanyahou, trois nouveaux députés gays pourraient être élus : le maire Eitan Ginzburg, le mannequin et activiste Idan Roll et Yorai Lahav Hertzanu.

Face à un Parlement fragmenté et de plus en plus à droite, ce ne sera pas facile de faire reconnaître les droits de la communauté LGBT. Israël reconnaît les mariages gays effectués à l'étranger et les enfants nés par GPA, mais le discours politique du Premier ministre sortant reste ambigu.

Retrouvez les vidéos de Linh-Lan Dao sur sa chaîne YouTube

Le parlement israélien, la Knesset, lors d\'une séance plénière le 26 décembre 2018. 
Le parlement israélien, la Knesset, lors d'une séance plénière le 26 décembre 2018.  (RONEN ZVULUN / REUTERS)