Lutte contre l'homophobie : Paris va se déclarer "zone de liberté LGBTQI+"

Outre cette déclaration symbolique, ce projet comprendra des "mesures concrètes de protection et d'accompagnement des publics LGBTQI+" ainsi que des programmes de formation dans ce domaine pour les agents de la future police municipale parisienne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un drapeau arc-en-ciel, symbole du mouvement LGBTQ+ et de la lutte contre l'homophobie, en haut de la statue de la République, à Paris, le 31 janvier 2021. (LOU OSRA / HANS LUCAS / AFP)

L'annonce a été faite à l'occasion de la Journée mondiale contre l'homophobie. La Ville de Paris va se déclarer "zone de liberté LGBTQI+", un geste symbolique en réaction à "l'inquiétant recul des droits et la répression" vis-à-vis des minorités sexuelles et de genre dans le monde, a affirmé la mairie, lundi 17 mai. 

Au prochain Conseil de Paris début juin, Jean-Luc Romero-Michel, adjoint à la maire PS Anne Hidalgo chargé des droits humains, de l'intégration et de la lutte contre les discriminations, présentera un vœu pour déclarer l'ensemble de la capitale "zone de liberté LGBTQI+", le sigle pour lesbiennes, gays, bisexuels, transexuels, queers, intersexes.

Des "mesures concrètes de protection et d'accompagnement"

La Ville de Paris, qui veut montrer "son soutien important à l'international à ces personnes en danger", imitera ainsi le Parlement européen, qui a adopté en mars une résolution similaire en réaction aux "zones sans idéologie LGBT" décidées par une centaine de collectivités locales polonaises.

Outre cette déclaration symbolique, le projet de Jean-Luc Romero-Michel comprendra des "mesures concrètes de protection et d'accompagnement des publics LGBTQI+" qui seront détaillées lors du Conseil, ainsi que des programmes de formation dans ce domaine pour les agents de la future police municipale parisienne.

Paris réaffirme à cette occasion "son soutien à l'égalité des droits sexuels et reproductifs des personnes LGBTQI+, notamment la PMA (procréation médicalement assistée) universelle et gratuite aux couples de femmes, ainsi que son positionnement pour l'interdiction des thérapies de conversion en France".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers LGBT+

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.