Cet article date de plus de deux ans.

Lutte contre l'homophobie : Paris va se déclarer "zone de liberté LGBTQI+"

Outre cette déclaration symbolique, ce projet comprendra des "mesures concrètes de protection et d'accompagnement des publics LGBTQI+" ainsi que des programmes de formation dans ce domaine pour les agents de la future police municipale parisienne.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un drapeau arc-en-ciel, symbole du mouvement LGBTQ+ et de la lutte contre l'homophobie, en haut de la statue de la République, à Paris, le 31 janvier 2021. (LOU OSRA / HANS LUCAS / AFP)

L'annonce a été faite à l'occasion de la Journée mondiale contre l'homophobie. La Ville de Paris va se déclarer "zone de liberté LGBTQI+", un geste symbolique en réaction à "l'inquiétant recul des droits et la répression" vis-à-vis des minorités sexuelles et de genre dans le monde, a affirmé la mairie, lundi 17 mai. 

Au prochain Conseil de Paris début juin, Jean-Luc Romero-Michel, adjoint à la maire PS Anne Hidalgo chargé des droits humains, de l'intégration et de la lutte contre les discriminations, présentera un vœu pour déclarer l'ensemble de la capitale "zone de liberté LGBTQI+", le sigle pour lesbiennes, gays, bisexuels, transexuels, queers, intersexes.

Des "mesures concrètes de protection et d'accompagnement"

La Ville de Paris, qui veut montrer "son soutien important à l'international à ces personnes en danger", imitera ainsi le Parlement européen, qui a adopté en mars une résolution similaire en réaction aux "zones sans idéologie LGBT" décidées par une centaine de collectivités locales polonaises.

Outre cette déclaration symbolique, le projet de Jean-Luc Romero-Michel comprendra des "mesures concrètes de protection et d'accompagnement des publics LGBTQI+" qui seront détaillées lors du Conseil, ainsi que des programmes de formation dans ce domaine pour les agents de la future police municipale parisienne.

Paris réaffirme à cette occasion "son soutien à l'égalité des droits sexuels et reproductifs des personnes LGBTQI+, notamment la PMA (procréation médicalement assistée) universelle et gratuite aux couples de femmes, ainsi que son positionnement pour l'interdiction des thérapies de conversion en France".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.