Les maires face à la "rumeur du 9-3"

A deux mois des élections municipales, le maire PS du Mans va porter plainte pour diffamation contre le candidat FN. Le candidat frontiste a répliqué en portant plainte contre l'édile pour "dénonciation calomnieuse". Au coeur de l'affaire, la "rumeur du 9-3" selon laquelle des immigrés seraient acheminés en province depuis la région parisienne en échange de subventions. Elle court depuis des mois, et en rappelle une autre, vieille de 50 ans.

(Maxppp)

Le maire socialistes du Mans, Jean-Claude Boulard, est en colère. Mardi, à l'occasion d'une conférence de presse dans sa ville, il a confirmé sa volonté de porter plainte pour diffamation contre le candidat FN aux municipales, Louis Noguès. Il accuse ce dernier de propager la "rumeur du 9-3". Selon celle-ci, des "cars entiers de noirs " venus de région parisienne seraient déversés au Mans en échange de subventions.

En portant plainte, le maire du Mans, candidat à sa propre succession, explique "vouloir défendre l'honneur de sa ville " et dénonce une instrumentalisation du candidat frontiste au micro de France Bleu Maine.

Le candidat du Front national, Louis Noguès s'est lui aussi fendu d'une conférence de presse mardi en fin de journée. Lors de celle-ci, il a annoncé son intention de porter plainte, à son tour, pour "dénonciation calomnieuse ". Avant de se défendre à sa manière.

"Je n'ai pas à prouver, mais à rapporter un fait qui m'a été rapporté par deux chauffeurs de cars ", explique-t-il.

Cela fait des mois, voire des années, que cette rumeur circule. Elle serait d'ailleurs apparue au Mans en 2008, avant de se propager à Vitry-le-François ou Châlons-en Champagne en 2011, puis Niort, Poitiers ou encore Limoges en octobre dernier.

Depuis, la "rumeur du 9-3" circulait moins. Mais si elle refait parler d'elle aujourd'hui, ce n'est pas un hasard, explique le sociologue Gerald Bronner : "Le contexte électoral est favorable au développement de cette rumeur. Les partis extrémistes s'en saisissent régulièrement."

La rumeur du 9-3 en rappelle également une autre, celle d'Orléans qui apparait en France à la fin des années 60. Selon celle-ci, des jeunes filles disparaissaient mystérieusement dans les cabines d'essayage des magasins. Là encore, les coupables étaient tout trouvés. "Ces deux rumeurs ont un commun de chercher des bouc-émissaires parmi les étrangers ", rappelle Pascal Froissart, auteur de La Rumeur, histoires et fantasmes.

Comment faire disparaitre une rumeur ? Est-ce que porter plainte est utile. Oui, répond la maire de Niort, Geneviève Gaillard, victime de "la rumeur du 9-3" en octobre dernier. Pour éviter sa propagation, elle a menacé d'attaquer en justice quiconque la relayerait. "Depuis, ça va mieux, on en entend beaucoup moins parler ", explique-t-elle.

La rumeur du 9-3 continue cependant d'exister dans d'autres villes. Et pourrait continuer à se propager. Celle d'Orléans a mis près de 20 ans à disparaitre.