Les enseignants et le grand public plébiscitent l'école maternelle (sondage)

France Info vous révèle ce mardi les résultats d'une enquête menée par Harris Interactive pour le SNUipp, principal syndicat des enseignants du primaire. Il en ressort que 79% des enseignants et 85% du grand public trouvent que l'école maternelle fonctionne bien. Mais certains points restent à améliorer, notamment sur les effectifs ou sur les relations entre les parents et les enseignants.

(L'école maternelle fonctionne bien pour la majorité des personnes sondées © MaxPPP)

Il y a d'abord des points positifs. Les enseignants de maternelle estiment que leur métier est devenu plus exigeant, et en parallèle, une très grande majorité des parents jugent que cette école fonctionne bien. Loin d'être une garderie, c'est une école qui permet vraiment aux enfants d'apprendre à s'exprimer, à être autonome et à vivre ensemble, selon eux.  

Mais quelques critiques sont formulées. Les élèves sont trop nombreux : il y a plus de 25 élèves dans la moitié des classes de maternelle et 10% des classes accueillent plus de 30 enfants, certaines dépassent même 35 élèves.

"Nous avons une école maternelle qui a les effectifs parmi les plus lourds des pays de l'OCDE", regrette Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp
--'--
--'--

Les relations parents-enseignants se sont dégradées

Ensuite, les relations entre les parents et les enseignants semblent s'être dégradées depuis la mise en place de la réforme des rythmes scolaires. Près de 40% des enseignants estiment avoir de moins bonnes relations avec les familles depuis 2013-2014. 

A LIRE AUSSI ►►► François Hollande met la maternelle au tableau d’honneur

Enfin les enseignants pointent du doigt une nouvelle fois le manque de formation continue : la majorité d'entre eux approuvent par exemple les nouveaux programmes qui sont en place depuis la rentrée, mais plus de 70% avouent qu'ils ont été mal préparés. Seule la moitié d'entre eux a pu consulter de près les documents d'accompagnement qui permettent réellement d'appliquer ces nouveaux programmes.