Cet article date de plus de dix ans.

La principauté de Monaco présente des dimensions et un fonctionnement déroutants

Les résidents de longue date se connaissent tous. « C'est à la fois un village, une ville, un pays », résume ainsi un Monégasque. Et s'ils adorent rapporter des rumeurs croustillantes sur la famille princière en aparté, l'extrême prudence reste le mot d'ordre pour s'exprimer plus officiellement.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Monaco (AFP/Valery Hache)

Les résidents de longue date se connaissent tous. « C'est à la fois un village, une ville, un pays », résume ainsi un Monégasque. Et s'ils adorent rapporter des rumeurs croustillantes sur la famille princière en aparté, l'extrême prudence reste le mot d'ordre pour s'exprimer plus officiellement.

Un prince puissant
Car depuis 700 ans, Monaco est le fief de la famille Grimaldi. En 1297, un certain François Grimaldi, déguisé en moine, s'empara par ruse du château-fort. En 1331, Charles 1er Grimaldi deviendra le premier seigneur du Rocher.

Leur descendant, le prince Albert II de Monaco, est depuis 2005 le chef d'État d'une monarchie héréditaire et constitutionnelle. L'actuel « ministre d'État », le Français Michel Roger, a été choisi par le prince pour chapeauter le gouvernement, assisté de 5 « conseillers ». Ce gouvernement non issu des urnes présente au prince des projets de loi et assure l'administration. Mais c'est Albert II seul qui promulgue les textes. Le pouvoir judiciaire appartient également à ce dernier, même si la Constitution précise qu'il en délègue le plein exercice aux tribunaux.

Monaco dispose d'un Parlement de 24 membres qui votent les lois après avoir trouvé un consensus avec le gouvernement. Le « Conseil national » est le plus petit parlement au monde (devant celui de l'Islande), où la présence de l'opposition (3 membres) remonte seulement à une révision constitutionnelle de 2003 suscitée par son entrée au Conseil de l'Europe l'année suivante. Il s'agit du seul organe élu par les résidents de nationalité monégasque.

35 000 habitants, 120 nationalités
Ces derniers sont ultra minoritaires dans leur pays. Les Monégasques de souche ne sont en effet que 8 000 pour une population de 35 000 habitants composée de 120 nationalités (dont 10 000 Français, 6 500 Italiens et 2 600 Britanniques). Est monégasque toute personne née à Monaco d"un père monégasque ou qui a été naturalisée.

La principauté, un Etat de 200 hectares - dont 34 gagnés sur la Méditerranée - est formée de cinq quartiers: Moneghetti, Fontvieille, Monaco -ville sur le Rocher, La Condamine et Monte-Carlo. Ce minuscule pays méditerranéen, deuxième plus petit État après la cité du Vatican, est condensé sur 2 km2, dont 17% gagnés sur la mer. Un peu à l'étroit, les Monégasques regrettent encore la perte de Menton et de Roquebrune remises à la France il y a 150 ans.

Un pôle d"emploi
La principauté constitue un grand pôle d'emploi à la frontière franco-italienne. Le territoire compte 48 334 emplois, et environ 40 000 frontaliers s'y rendent chaque jour pour travailler. Le chiffre d'affaires de la principauté s'élevait en 2010 à 14 milliards d'euros, dont 1,92 pour le seul secteur financier.

Les résidents monégasques ne paient pas d'impôt direct, à l'exception des Français et des Américains. L'OCDE a retiré Monaco en 2009 de la "liste grise des paradis fiscaux non coopératifs". La principauté accueille chaque année quelque 7 millions de visiteurs. A environ 54 000 euros par tête, son PIB par habitant est l'un des premiers d'Europe.

Lire aussi :

>>

>>

>>

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.