Cet article date de plus de treize ans.

La Coordination nationale des universités a appelé lundi à ne pas organiser les concours enseignants de l'automne 2010

Elle entend ainsi marquer son opposition au calendrier fixé par le gouvernement dans le cadre de la réforme de la formation et du recrutement des futurs enseignants.Celle-ci prévoit que les épreuves d'admissibilité aient lieu en début d'année de master 2 et non plus au printemps comme actuellement.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La réforme de la formation et du recrutement des futurs enseignants prévoit une modification du calendrier des concours.

Elle entend ainsi marquer son opposition au calendrier fixé par le gouvernement dans le cadre de la réforme de la formation et du recrutement des futurs enseignants.

Celle-ci prévoit que les épreuves d'admissibilité aient lieu en début d'année de master 2 et non plus au printemps comme actuellement.

Il est ainsi prévu que les concours de professeurs des écoles aient lieu en septembre 2010 et le concours de professeurs des collèges et lycées, en décembre 2010.

"Le calendrier imposé par le gouvernement (...) interdit de mettre en place une quelconque préparation de ces concours à partir de septembre 2010, et ce quelle que soit la nature des épreuves et le contenu des programmes", écrit La Coordination nationale des universités (CNU) dans sa motion, votée à la quasi-unanimité des voix.

"Prétendre le contraire serait tromper les étudiants futurs candidats, les parents d'élèves, et mettrait en péril la crédibilité du système éducatif et universitaire", ajoute-t-elle. "En conséquence, confrontés à cette impossibilité manifeste, nous refusons d'organiser ou de participer à la session des concours prévue à l'automne 2010 (CRPE, CAPES, CAPET, CAPEPS, CAPLP, CPE)", affirme-t-elle.

La CNU demande "solennellement aux ministres concernés (Luc Chatel et Valérie Pécresse) de prendre toutes les dispositions nécessaires au maintien des épreuves de concours en fin d'année universitaire (printemps 2011)".

"28 établissements (sur 83 universités) et 12 syndicats, collectifs, sociétés, associations" étaient représentés lundi lors de la rencontre a indiqué la CNU, mouvement en partie à l'origine du mouvement universitaire de l'hiver et printemps dernier.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.