Cet article date de plus de huit ans.

L'ancien directeur des programmes de Canal+ Alain De Greef est mort

Directeur des programmes de Canal+ entre 1986 et 1994, Alain de Greef est mort ce lundi à l'âge de 68 ans.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Alain De Greef © MaxPPP)

Alain De Greef est décédé ce lundi des suites d'une longue maladie a confirmé Canal+. Il avait 68 ans. Alain de Greef restera dans la mémoire collective comme l'incarnation de la grande aventure Canal+, dont il a été le directeur des programmes de 1986 à 1994

Des débuts à l'ORTF

Il avait commencé sa carrière à l'ORTF comme chef monteur avant de passer par Antenne 2. A la fin des années 70 on lui doit la création notamment de l'émission culte les enfants du rock , avec son complice Pierre Lescure.

Nulle part ailleurs, Les Guignols de l'info, Groland...

Après ce passage par le service public, il participe donc en 1984 au lancement de Canal+ dont il est le directeur de production au début. C'est sa patte que l'on retrouve dans les programmes les plus iconiques de la chaîne cryptée, tels que Nulle part ailleurs , Les Guignols de l'info ou Groland .

Il participe aussi au lancement des émissions des Nuls, de Karl Zéro, des Deschiens et même de Benoit Poelvoorde. Il quitte Canal+ dans le sillage de celui qui fut son complice tout au long de sa carrière, Pierre Lescure.

Alain De Greef apparaît lui-même dans les Guignols de l'info à partir de 1991 où il est représenté comme un personnage grognon, souvent aviné et qui ne travaille presque jamais. Le sketch "Kulunmouton " a contribué à sa notoriété auprès du grand public.

A l'exception notable de quelques petits passages à l'écran, on l'avait apercu notamment dans la série Platane en 2011 où il jouait son propre role, Alain De Greef reste en retrait de la vie publique. Sa dernière sortie notable avait été une interview dans Le Monde où il avait eu des mots assez durs envers son ancienne chaîne, colonisée selon lui par les managers et les éditorialistes et déplorant le manque de produits culturels originaux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.