13h15, France 2

VIDEO. 13h15. Air Cocaïne : "Le procureur se bat contre la vérité"

Arrêtés en mars 2013 sur l'aéroport dominicain de Punta Cana, les quatre Français accusés d'avoir transporté 700 kilos de cocaïne dans leur Falcon 50 ont été condamnés à vingt ans de prison en août. A l'issue d'un procès pour le moins contesté... Extrait de "13h15 le samedi" du 19 septembre.

Lors du procès des quatre Français impliqués dans la plus grosse opération antidrogue jamais réalisée en République dominicaine, en mars 2013, qui étaient accusés d'avoir transporté 700 kilos de cocaïne découverts dans leur Falcon 50 sur l'aéroport de Punta Cana, le procureur a été mis en difficulté. Il a alors présenté ses dernières "preuves" : les vingt-six valises censées avoir contenu la drogue.

Aucune valise n'a été ouverte lors de l'intervention de la police antidrogue dominicaine (DNCD). Les policiers ont affirmé que l'une d'elles, une valise rouge, était éventrée et que c'est ainsi qu'ils ont découvert les 680 paquets de stupéfiant. L'argument s'effondre lors de l'audience. Un avocat des coaccusés dominicains a en effet filmé cette valise. "On a découvert qu'elle était complètement intacte", a-t-il expliqué au magazine "13h15 le samedi".

"Une falsification de preuves qui devrait annuler le procès"

Pour impliquer davantage les Français, le procureur prétend que la valise personnelle de l'un des accusés, l'organisateur du vol Alain Castany, faisait partie des bagages chargés clandestinement. Or c'est impossible. "Les valises de l'équipage et des passagers sont passées par tous les contrôles de douane. Alors pourquoi y avait-il celle d'Alain Castany parmi les vingt-six valises montrées par le procureur ? C'est une falsification de preuves et cela devrait annuler le procès. Il est évident que le procureur se bat contre la vérité", explique le défenseur.

L'avocat du passager du Falcon 50 révèle de son côté les tentatives de corruption du procureur : "J'ai été approché pour avoir un arrangement. Il a offert dix ans de prison au lieu de vingt pour que Nicolas Pisapia implique les autres Français. L'objectif était de les condamner et de les envoyer en prison, n'importe comment." Les quatre Français ont écopé de vingt ans de prison en août 2015. Les avocats ont fait appel.

(CAPTURE ECRAN / 13H15)