Vers un procès de l'affaire Karachi

Le parquet de Paris a requis le renvoi en correctionnelle de six personnes, dont Ziad Takieddine et Renaud Donnedieu de Vabres. Les juges, qui enquêtent sur une présumée corruption en marge de contrats d'armement et de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995, ont désormais un mois pour rendre leur décision définitive.

(Gonzalo Fuentes Reuters)

Il y aura sans doute un procès, sur le volet financier de l'affaire Karachi. La décision n'est pas encore définitive, mais c'est en bonne voie : le parquet de Paris a requis le renvoi en correctionnelle de six personnes. A charge pour les juges d'instruction de rendre leur décision définitive, d'ici un mois.

Ces six personnes auraient utilisé les commissions, touchées en marge de contrats d'armement, pour financer la campagne électorale d'Edouard Balladur à la présidentielle de 1995. L'enquête sur l'utilisation des fonds secrets a, elle, été annulée par la justice.

Tout est parti d'une plainte des parties civiles, dans le cadre de l'attentat de Karachi, qui a fait 15 morts en 2002 - dont 11 salariés de la DCN, à Cherbourg. L'arrêt du versement de ces commissions est l'une des pistes suivies par les enquêteurs, dans le volet terroriste de l'affaire.

Six personnes poursuivies

Renaud Donnedieu de Vabres a été ministre de la Culture ; mais entre 1993 et 1995 il était conseiller spécial du ministre de la Défense François Léotard.  Ziad Takieddine a raconté lui-même avoir financé la campagne électorale d'Edouard Balladur par des commissions en marge de contrats d'armement. Sont également poursuivis Nicolas Bazire et Thierry Gaubert, deux proches de Balladur. Ainsi que Dominique Castellan, ex-PDG de la branche internationale de la Direction des constructions navales. Et enfin, Abdul Rahmam Al-Assir, un intermédiaire en armement.

Manquent à l'appel deux personnages centraux François Léotard et Edouard Balladur - s'ils sont un jour jugés, ce ne pourra être que par la Cour de justice de la République.

Si les juges d'instruction vont dans le sens des réquisitions du parquet, le procès de cette affaire pourrait se tenir l'an prochain.