Une enquête ouverte à Paris après un signalement visant le navigateur Kevin Escoffier

Ce signalement porte sur "une agression sexuelle ou des comportements inappropriés", a précisé le parquet, vendredi.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le navigateur français Kevin Escoffier, le 3 novembre 2022 à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). (SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)

Une enquête a été ouverte, jeudi 6 juillet, à la suite d'un signalement de la Fédération française de voile (FFVoile) au sujet du skipper Kevin Escoffier, a annoncé vendredi le parquet de Paris. "Après analyse des premiers éléments, la brigade de répression de la délinquance faite aux personnes a été saisie", a précisé le parquet, sollicité par l'AFP, rappelant que le signalement porte sur "une agression sexuelle ou des comportements inappropriés".

Les faits sont survenus au mois de mai avec une jeune femme aux Etats-Unis, lors d'une escale de la course The Ocean Race, a ajouté le parquet. La fédération a dans un premier temps saisi la cellule violences sexuelles du ministère des Sports, chargée d'une enquête administrative, puis a décidé de saisir la justice, en faisant jouer l'article 40 qui permet à une autorité de le faire lorsqu'elle a connaissance d'un délit ou d'un crime. "J'ai passé un certain nombre de coups de téléphone qui m'ont amené à penser que ce qui a été présenté comme un incident présumé serait un comportement inapproprié qu'il aurait eu envers une femme lors d'une soirée", avait expliqué le 5 juin le président de la FFVoile, Jean-Luc Denéchau.

Kevin Escoffier, 43 ans, avait annoncé quitter l'écurie PRB-Holcim le 3 juin, après avoir évoqué "un incident présumé" avec un membre de son équipe à Newport, en mai, lors d'une escale de The Ocean Race. Mi-juin, Le Canard enchaîné avait rapporté le témoignage de plusieurs personnes décrivant des "dérapages répétés" du navigateur breton envers des femmes. Contactés par l'AFP, ni le skipper ni son avocate n'étaient joignables immédiatement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.