Syrie : un Tunisien qui recrutait des jihadistes en France expulsé

Le ministère de l'Intérieur a annoncé la nouvelle samedi 14 juin.

Des policiers participent à l\'arrestation de jihadistes présumés, le 13 mai 2014 à Strasbourg (Bas-Rhin).
Des policiers participent à l'arrestation de jihadistes présumés, le 13 mai 2014 à Strasbourg (Bas-Rhin). ( MAXPPP)

Il recrutait des jihadistes en France pour les envoyer en Syrie. Un Tunisien de 28 ans a été expulsé jeudi vers son pays, a annoncé samedi 14 juin le ministère de l'Intérieur. Il "jouait un rôle central dans le recrutement de jeunes jihadistes" de la région de Grenoble.

Francetv info revient sur ce que l'on sait de cette affaire.

Quand a-t-il été arrêté ?

L'homme a été arrêté le 3 juin, vers 17h, rappelle France 3 Alpes. Il sortait de la mosquée Al-Kawthar de Grenoble, non loin de son domicile dans le quartier du village olympique, lorsque les policiers l'ont interpellé.

Que sait-on de lui ?

Selon France 3 Alpes, Ahmed B. est un imam. Proche de la mouvance à salafiste, il vit en France depuis plusieurs années mais aurait été emprisonné pendant plusieurs mois en Tunisie en raison de son engagement. Il est soupçonné d'avoir participé au recrutement de jeunes jihadistes qui étaient formés dans le pays natal d'Ahmed B. avant d'être envoyés en Syrie.

Pourquoi a-t-il été expulsé ?

Cette mesure a été prise "en urgence absolue au regard de la menace que sa présence constituait pour la sécurité publique et la sûreté de l'Etat", indique le ministère, sans fournir l'identité du Tunisien. 

Le ministre, Bernard Cazeneuve, rappelle que le plan anti-filières jihadistes, qu'il a présenté le 23 avril dernier en conseil des ministres, prévoit l'expulsion immédiate des ressortissants étrangers impliqués dans ces filières.

Un Algérien de 37 ans, qui vivait à Albertville (Savoie), Sala Bouhabila, a été le premier recruteur présumé de jihadistes pour la Syrie à être expulsé vers son pays d'origine en vertu de ce plan, le 1er mai dernier.