Cet article date de plus de neuf ans.

Un procès pour l'ex-patron de l'UIMM, Denis Gautier-Sauvagnac

Dans l'affaire des retraits suspects de l'Union des industries et des métiers de la métallurgie, l'ancien vice-président et délégué général puis PDG, Denis Gautier-Sauvagnac, sera jugé pour abus de confiance et travail dissimulé.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

Patiemment,
année après année, le juge d'instruction Roger Le Loire a démêlé les retraits effectués dans la caisse noire de la métallurgie. A qui ont bénéficié ces 16,5 millions
d'euros prélevés en liquide sur les comptes de l'UIMM entre 2000 et 2007 ?
Au fil de son instruction le juge est parvenu à faire la lumière sur certaines
pratiques.

L'ancien patron de l'UIMM, Denis
Gautier-Sauvagnac a expliqué que l'utilisation de ces espèces pouvait être séparée
en "trois paquets"  : l'une pour des "compléments de rémunération" ,
une deuxième pour des "dépenses de caisse" comme le remboursement de
frais de mission. Pour la troisième partie, "dans la tradition de l'UIMM
et comme on le faisait depuis des décennies, l'UIMM a
apporté un concours financier à des organismes qui participent à notre vie
sociale"
, a raconté Denis Gautier-Sauvagnac, mais sans donner de nom.

Le juge Le Loire a donc décidé de renvoyer Denis Gautier-Sauvagnac pour abus de confiance et travail dissimulé. Son
ancien bras droit Dominique de Calan est lui renvoyé pour complicité d'abus de
bien sociaux et complicité de travail dissimulé. Neuf autres personnes sont également
renvoyées devant le tribunal correctionnel.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.