Cet article date de plus de neuf ans.

Enfant mortellement fauché : le conducteur avait bien fumé du cannabis

Les analyses sanguines le confirment, indique RTL. L'homme a renversé et tué, jeudi matin, un garçon de 11 ans dans le 20e arrondissement de Paris.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'accident a eu lieu jeudi 19 avril sur l'avenue Gambetta, à Paris. (FTVI / GOOGLE MAPS)

Le conducteur d'une camionnette qui a renversé et tué un enfant de 11 ans jeudi 19 avril venait de fumer du cannabis, selon Le Figaro. La veille, des traces de cannabis avaient été repérées dans ses urines. En revanche, son aIcoolémie s'est révélée négative. 

L'homme a été placé en garde à vue jeudi soir. Il conduisait sans permis de conduire. Le garçon a été renversé alors qu'il traversait, sur un passage piétons, l'avenue Gambetta, dans le 20e arrondissement de Paris. Transporté à l'hôpital Necker, il est décédé des suites de ses blessures. 

• Quelles sont les circonstances de l'accident ?

Selon les premiers éléments de l'enquête confiée au service de traitement judiciaire des accidents, le chauffard venait de doubler dans une camionette d'artisan une file de voitures ralentie par un camion-poubelles jusqu'à se trouver en contre-sens sur l'avenue Gambetta, une artère passante du XXe arrondissement de la capitale.

Il roulait "à toute vitesse", selon deux témoins. Il s'est alors rabattu, au moment où deux enfants étaient en train de traverser l'avenue sur un passage protégé,  indique Le Parisien. "L'un des enfants a réussi à se réfugier sur le trottoir, l'autre a été percuté", a précisé une source proche de l'enquête. "La camionnette est arrivée à toute vitesse, quand je l'ai vue je me suis dit: il ne pourra jamais s'arrêter!", a raconté un témoin.  Le conducteur a essayé d'éviter le garçon mais il n'a pas réussi. C'était horrible", a-t-il décrit.

• Que sait-on du conducteur ?

Le permis du chauffard, qui habite le 18e arrondissement et a déjà fait l'objet de "plusieurs procédures pour délits routiers", selon la source proche de l'enquête, avait été annulé. Un permis peut être retiré à la suite de la perte des 12 points (pour une durée de six mois minimum) ou annulé après une sanction pénale consécutive à une infraction grave au code de la route.

Selon l'avocat spécialisé Jean-Baptiste Le Dall, le conducteur pourrait être poursuivi pour "homicide involontaire avec pour circonstances aggravantes conduite sans permis et excès de vitesse. Il risque plusieurs années de prison ferme".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.