Cet article date de plus de cinq ans.

Terrorisme : le couple interpellé à Montpellier placé en détention provisoire

Au centre de l'enquête, la découverte d'un mystérieux faux ventre de femme enceinte.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Un faux ventre de femme enceinte figure parmi les éléments découverts chez le couple.  (MAXPPP)

Ils sont décrits par leurs voisins comme un couple "sympathique, poli et gentil". Une jeune Française convertie à l'islam et son compagnon, originaires de Montpellier, ont été placés en détention provisoire, jeudi 24 décembre, après avoir été mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" et "financement d'une entreprise terroriste". Pour la jeune femme, le juge a ajouté le chef d'"entreprise individuelle terroriste en vue de préparer des crimes d'atteintes aux personnes".

Au centre de l'enquête, la découverte d'un mystérieux faux ventre de femme enceinte. Francetv info résume ce que l'on sait de ce couple. 

Une jeune femme issue d'une famille de bourgeois catholiques, convertie à l'islam

Caroline, 23 ans, est née d'un père issu d'une famille de bourgeois catholiques de l'Hérault, décédé alors qu'elle n'était pas encore née, et d'une mère originaire de Guyane. Elle s'est radicalisée lorsqu'elle avait 18-19 ans.

"Elle a horrifié tout le monde avec sa robe noire !" s'exclame une tante, qui précise avoir rompu avec Caroline et sa mère pour des problèmes de succession "il y a 12 ans". "Elle a hérité de son père et de son grand-père, qui étaient riches, de maisons et d'une somme d'argent", poursuit-elle. "Je suis atterrée ! On est des gens respectables, on n'est pas une famille de terroristes", se désole-t-elle.

Un homme radicalisé auprès de sa compagne

Les témoignages mettent en avant le rôle joué par la jeune femme dans la radicalisation du couple. La jeune femme s'est installée voici trois ans avec Abbas, un Franco-Tchadien de 35 ans. Dans la résidence Fontaine de Cotte, appartenant à un ensemble de petits immeubles blanc et rose pâle du quartier de la Celleneuve, à Montpellier, les voisins dressent le portrait d'un couple de musulmans pratiquants portant des vêtements traditionnels, "sympathique, poli et gentil".

La résidence Fontaine de Cotte, dans le quartier de la Celleneuve, à Montpellier, où un couple a été arrêté dans une enquête terroriste, le 22 décembre 2015. (MAXPPP)

"Elle est jolie, avec des grands yeux. Lui, on le voyait tout le temps aller à la mosquée", raconte un de leurs voisins dans Midi libreAu premier étage où vivait le couple, uni religieusement et parents d'un petit garçon de deux ans, une femme se dit "choquée". "Quand ils se sont mis ensemble, [Abbas] ne s'habillait plus en civil, mais ça restait la même personne polie, gentille. Mais ils n'avaient pas trop de contacts avec les voisins. On ne voit pas des gens agressifs, ils n'étaient pas hostiles", souligne-t-elle.

Abbas "était charmant, je n'ai jamais eu de problème avec lui. J'ai toujours eu beaucoup de sympathie pour lui, même s'il s'était radicalisé. Elle, je n'aimais pas trop parler avec elle", poursuit Mireille, une septuagénaire vivant dans l'appartement mitoyen de celui du couple.

Et la voisine de raconter que Caroline lui avait offert un Coran pour la remercier du cadeau qu'elle leur avait apporté pour la naissance de leur enfant il y a 15 mois. "Je l'entendais par la fenêtre ouverte ânonner", dit-elle encore pour décrire la vie pieuse de sa voisine, qui sortait rarement, toujours vêtue d'un voile et d'une longue robe "de couleur". "C'est elle qui semble pousser son mari à une observance très rigoriste de la religion", note un enquêteur dans Le Parisien.

Un faux ventre de femme enceinte parmi les éléments découverts chez le couple...

Le couple avait été initialement placé en garde à vue pour apologie de terrorisme dans une enquête menée localementMais, le 17 décembre, une enquête antiterroriste a été ouverte à Paris. Selon une source proche du dossier, les enquêteurs ont découvert un faux ventre de femme enceinte, achetée sur internet par Caroline. Ce qui a laissé penser aux enquêteurs de la Sous-direction antiterroriste qu'elle envisageait peut-être un attentat-suicide.

L'objet, évidé artisanalement, était recouvert d'une couche d'aluminium. Un dispositif qui, selon le journal Midi Libre, aurait pu avoir pour finalité d'échapper à des détections.  

La suspecte affirme qu'elle voulait se servir de ce faux ventre pour des vols à l'étalage, mais les enquêteurs n'en croient rien car son récent héritage l'a mise à l'abri du besoin. Selon Midi libre, elle a cependant "dilapidé au cours des derniers mois plusieurs centaines de milliers d'euros, en faisant des dons très importants à certaines de ses amies, elles aussi pratiquantes d'un islam plutôt rigoriste".

... ainsi que des photos et des vidéos de jihadistes

Aucun explosif n'a été retrouvé au domicile, mais l'analyse des ordinateurs du couple a permis d'établir que des photos de jihadistes, ainsi que "des scènes très violentes orchestrées et filmées par les hommes" de l'Etat islamique, selon Le Parisien, avaient été consultées. Des recherches sur la fabrication d'engins explosifs ont aussi été effectuées, selon une source proche du dossier.  

Le comportement de la jeune femme lors de sa première garde à vue a également intrigué les enquêteurs. "En dehors des auditions, elle ne s'est jamais allongée sur la banquette des geôles, mais est restée tout le temps debout ou à genoux à prier", raconte un policier à Midi libre.

Un juge spécialisé doit désormais décider de l'éventuel placement en détention du couple, réclamé par le parquet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.