Tapie est-il impliqué dans les transferts de fonds suspects de Blue Sugar ?

Tracfin, la cellule antiblanchiment de Bercy, a repéré des mouvements suspects sur les comptes de la société Blue Sugar, propriété de Bernard Tapie et son fils.

Bernard Tapie, sur la chaîne i-Télé, le 10 juillet 2013.
Bernard Tapie, sur la chaîne i-Télé, le 10 juillet 2013. (FRED DUFOUR / AFP)

Ce n'est pas fini pour Tapie. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur des transferts de fonds de la société de ventes en ligne Blue Sugar, détenue par Bernard Tapie et son fils Laurent, annonce Le Parisien/Aujourd'hui-en-France, samedi 5 octobre. les intéressés démentent toute malversation.

Que reproche Tracfin aux Tapie ?

Le signalement Tracfin concerne le site internet Blue Sugar qui, moyennant un abonnement mensuel de 24,90 euros, propose des réductions à ses membres sur des achats de biens de consommation. "La cellule antiblanchiment du ministère des Finances, vient de procéder à un signalement pour cause de fonds suspects sur les comptes de cette société", selon Le Parisien.

Bernard Tapie est-il concerné ?

"Je ne connais pas la société Blue Sugar, je ne sais pas de quoi il s'agit", a d'abord affirmé l'homme d'affaires interrogé, par Le Parisien. Pourtant, "Blue Sugar appelé un temps Showpingdeals, appartient bel et bien au groupe BLT Deals (...) dont les propriétaires ne sont autres que Bernard Tapie et son fils Laurent", explique le quotidien. Le site est en outre enregistré au nom d'Edouard Coutand, directeur du développement chez BLT Developpement, qui gère BLT Deals, et un temps chargé de communication du site bernardtapie.com.

Laurent Tapie explique toutefois à l'AFP, samedi, que son père n'intervient pas dans cette société, pour laquelle il est "un investisseur dormant". "C'est-à-dire qu'il en a financé les développements lors de l'amorçage des activités, mais elle est intégralement gérée par moi, et totalement autofinancée depuis l'an dernier", poursuit-il. "Bernard Tapie détient donc au final via ses participations moins de 25% de cette société", précise Laurent Tapie.

Comment Laurent Tapie se défend-il ?

Laurent Tapie explique que la maison-mère de la société Blue Sugar, qui disposait "d'un excédent de trésorerie", "a comparé les propositions de placements des banques en Europe". "La meilleure offre provenait du Luxembourg, la société a donc, dans le cadre d'une convention classique de trésorerie mère-fille, fait remonter cet excédent à sa société mère qui l'a placé. Les fonds sont restés sur ce compte de placement depuis le mois de juin", argumente-t-il, évoquant un "mouvement de fonds totalement classique".