Tabagisme passif : une salariée obtient 30.000 euros de réparation

Lasse de subir la fumée de cigarettes de ses collègues, une salariée avait démissionné de son entreprise avant de l'attaquer au tribunal pour tabagisme passif. Pendant six ans, elle avait demandé, en vain, à ses collègues d'arrêter de fumer au sein de l'entreprise. Elle vient d'obtenir gain de cause.

(Maxppp)

Elle était quotidiennement exposée à la fumée de cigarette de ses collègues. Une secrétaire d'une enseigne d'ameublement avait quitté son entreprise en 2012, estimant qu'elle n'avait pas à subir le tabagisme passif imposé par ses collègues. Pendant six ans, elle avait demandé à ses collègues d'arrêter de fumer dans l'entreprise, sans obtenir satisfaction.

 

Après son départ, elle avait saisi les prud'hommes où, le 6 février dernier, elle était accompagnée de l'association Droits des non fumeurs (DNF). Dans un communiqué, l'association a annoncé ce mardi que la salariée avait obtenu gain de cause, l'employeur devant lui verser des indemnités pour "licenciement sans cause réelle ni sérieuse" de l'ordre de 30.000 euros.

Un salarié sur trois exposé à la cigarette sur son lieu de travail

Pour DNF, "cette décision confirme que les employeurs peu scrupuleux, qui imposent encore à leurs salariés de subir la fumée de tabac sur le lieu de travail, s'exposent à de véritables sanctions de la part des tribunaux ".

Le cas de cette salariée serait loin d'être isolé selon l'association qui estime que plus d'un tiers des salariés seraient encore exposés au tabac sur leur lieu de travail.