L'avocat de DSK s'attaque aux médias

L'avocat de Dominique Strauss-Khan et d'Anne Sinclair a confirmé mercredi sur France Inter la volonté du couple d'attaquer les médias qui publient des articles sur ce qu'il estime relever de la vie privée de ses clients. 

La journaliste Anne Sinclair et son époux Dominique Strauss-Kahn dans la cour de leur immeuble place des Vosges, le 4 septembre 2011.
La journaliste Anne Sinclair et son époux Dominique Strauss-Kahn dans la cour de leur immeuble place des Vosges, le 4 septembre 2011. ((JOHANNA LEGUERRE/AFP))

L'avocat de Dominique Strauss-Khan et Anne Sinclair, maître Henri Leclerc, s'est exprimé mercredi 16 novembre sur l'antenne de France Inter sur la stratégie de "contre-attaque" établie par ses clients à la suite de la publication d'articles évoquant la vie privée du couple.

Alors que l'hebdomadaire L'Express fait sa une mercredi sur "L'effarante débauche de DSK", l'avocat s'est indigné : "L'article de L'Express est un article scandaleux et effrayant. Nous ne savons pas si nous allons l'attaquer"

Il a par ailleurs confirmé que le couple allait attaquer en justice le quotidien Le Figaro avant d'évoquer d'éventuelles prochaines actions en justice. Ces articles portent atteinte, selon les avocats de DSK et Anne Sinclair, au "secret de l'instruction", à "la présomption d'innocence" et à leur "vie privée". 

"Il y a plusieurs autres journaux sur lesquels nous sommes en train d'étudier les conditions dans lesquelles nous allons les attaquer", a prévenu Henri Leclerc, sans nommer de titres. 

"Qui a intérêt aujourd'hui à faire ces petites révélations partielles, partiales, de l'instruction ? Jamais nous n'avons vu cela", a-t-il poursuivi. "L'article graveleux, au nom de la vertu outrageux, ça c'est extraordinaire pour attirer le lecteur !" 

Au sujet de l'affaire du Carlton de Lille, l'avocat a affirmé que DSK n'avait eu "aucune nouvelle" de sa convocation devant le juge, alors qu'il a demandé à être entendu. "Il ne peut pas se défendre, il est dans une situation pire, presque, que celle dans laquelle nous l'avons vue à New York" lors de son arrestation, en mai dernier.