Cet article date de plus de huit ans.

Soupçon de trafic d'influence: l'avocat de Sarkozy perquisitionné

Selon L'Express, ces perquisitions ont eu lieu ce mardi aux domiciles et dans les locaux professionnels de Me Herzog, l'avocat de Nicolas Sarkozy, et de Gilbert Azibert, un haut magistrat de la Cour de Cassation. Ces investigations auraient été lancées par une juge du pôle financier dans le cadre d'une information judiciaire contre X pour trafic d'influence.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Charles Platiau Reuters)

Selon L'Express, la juge Patricia Simon soupçonnerait Nicolas Sarkozy et son avocat d'avoir tenté d'approcher ce magistrat dans l'espoir d'obtenir une décision favorable de la Cour de cassation dans l'affaire Bettencourt. Une décision attendue mardi prochain.
Même s'il n'est plus poursuivi dans ce dossier, l'ancien président avait saisi
la haute juridiction avec la plupart des mis en examen, dans l'espoir notamment
de récupérer ses agendas saisis au cours de l'enquête Bettencourt par le juge
bordelais Jean-Michel Gentil.

A l'audience de la Cour de
Cassation à ce sujet, il y a presque un mois, l'avocat général avait recommandé
une décision plutôt favorable à Nicolas Sarkozy, en expliquant que ces agendas
étaient protégés par l'article 67 de la Constitution, qui définit le statut
spécial du chef de l'Etat. Mais ce n'était pas Gilbert Azibert qui avait
prononcé ce réquisitoire. Selon nos informations, ce magistrat, qui est aussi
avocat général, exerce dans une autre chambre que celle qui était saisie de
l'affaire Bettencourt.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.