Cet article date de plus de sept ans.

Serge Dassault demande la levée de son immunité parlementaire

Parce qu'il n'a "rien à se reprocher" dit-il, Serge Dassault a fait savoir qu'il demandait la levée de son immunité... ce qui lui permet de devancer l'examen, par le bureau du Sénat, de la demande déposée par les juges qui enquêtent sur des achats de voix présumés à Corbeil-Essonnes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Benoit Tessier Reuters)

La troisième demande de levée d'immunité parlementaire, mercredi, aurait-elle été la bonne ? Quoi qu'il en soit, Serge Dassault a préféré prendre les devants. Il annonce ce soir, 48 heures avant l'échéance donc, qu'il demande lui-même la levée de son immunité parlementaire. Parce que, dit-il, il n'a "rien à se reprocher" .

Que pourrait-il se voir reprocher ? Des achats de voix présumés à Corbeil-Essonnes. Son dauphin, l'actuel maire, Jean-Pierre Bechter, a été mis en examen il y a deux semaines dans cette affaire. Pour "recel du produit d'infractions d'achats de votes ", "financement illicite de campagnes électorales ", "acceptation de dons " et "dépassement du plafond des dépenses électorales ". Son avocat parle "d'instrumentalisation politique évidente" .

"Je pourrai de ce fait avoir accès à la procédure et enfin pouvoir me défendre contre ces accusations" , explique Serge Dassault. "Je pourrai ainsi démontrer ma totale innocence de ces soi-disant achats de vote, accusations, inventés de toutes pièces par certains de mes adversaires politiques de Corbeil-Essonnes, qui n'ont pas hésité à prononcer des mensonges et des faux témoignages pour essayer de reprendre, en mars prochain, le contrôle de la ville de Corbeil-Essonnes."

A main levée plutôt qu'à bulletins secrets

Deux demandes de levée de l'immunité parlementaire sont restées lettre morte au Sénat. La dernière a suscité un tollé, si bien que le président du Sénat, Jean-Pierre Bel, avait décidé de changer le mode de vote - à main levée plutôt qu'à bulletins secrets.

Cette levée de l'immunité permettra aux juges du pôle financier de Paris de le placer, éventuellement, en garde à vue, et de procéder à des perquisitions dans ses locaux. Serge Dassault, 88 ans, a été maire de Corbeil-Essonnes de 1995 à 2009.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.