Cet article date de plus de neuf ans.

Rama Yade relaxée dans l'affaire de la liste électorale de Colombes

L'ex-secrétaire d'Etat était soupçonnée d'avoir triché pour conserver son inscription sur la liste électorale de cette ville des Hauts-de-Seine.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Rama Yade, le 10 septembre 2011 à l'université d'été de l'Alliance républicaine, écologiste et sociale à La Grande-Motte (Hérault). (SYLVAIN THOMAS / AFP)

Le tribunal correctionnel de Nanterre a relaxé, jeudi 28 mars, l'ex-secrétaire d'Etat Rama Yade dans son procès pour faux, usage de faux et inscription indue sur une liste électorale à Colombes (Hauts-de-Seine), où elle est élue d'opposition. La présidente de la 15e chambre correctionnelle, Isabelle Prévost-Desprez, a notamment estimé que Rama Yade n'avait pas fait de "déclarations frauduleuses". Le parquet avait requis une amende de 5 000 euros, mais pas de peine d'inéligibilité.

La justice soupçonnait la vice-présidente de l'UDI d'avoir triché à deux reprises sur sa domiciliation pour pouvoir conserver son inscription sur la liste électorale. D'abord en décembre 2009, lorsqu'elle a fourni l'adresse de sa permanence. Puis deux ans plus tard quand, après avoir été radiée d'office de cette liste, elle a tenté de se faire réinscrire en déclarant avoir emménagé dans un appartement de la ville.

Conflit avec le maire PS de Colombes

Rama Yade, absente lors du prononcé du jugement, "est extrêmement heureuse de cette décision qui confirme sa bonne foi et ce qu'elle dit depuis le début", selon son avocat, Antonin Lévy, qui l'a jointe par téléphone. A la barre, le 28 février, l'élue régionale et municipale, enceinte, avait nié toute volonté de tromperie et dénoncé une "instrumentalisation de la justice à des fins politiques par des gens peu recommandables", faisant référence à l'un de ses adversaires, le maire (PS) de Colombes, Philippe Sarre.

L'enquête préliminaire qui a débouché sur ce procès avait été ouverte à la suite d'un signalement de l'édile socialiste auprès du parquet en décembre 2011, après la radiation de Rama Yade, quelques mois avant les législatives. A l'époque, l'intéressée, candidate dans la 2e circonscription des Hauts-de-Seine (Asnières-Colombes-sud), avait invoqué un "simple changement de bureau de vote consécutif à un changement d'adresse".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.