La mère de Mathis Jouanneau, disparu en 2011, lance une cagnotte pour poursuivre les recherches

Le petit garçon de 8 ans n'a plus donné de nouvelles depuis le 4 septembre 2011, alors qu'il était gardé par son père. Ce dernier a été condamné en 2015 à 20 ans de prison pour avoir enlevé et séquestré son fils, mais n'a jamais dit où il se trouvait.

A gauche, une photo de Mathis l\'année de sa disparition. A droite, une photo \"vieillie\" créée par une association américaine.
A gauche, une photo de Mathis l'année de sa disparition. A droite, une photo "vieillie" créée par une association américaine. (DR)

"J'ai confiance dans les enquêteurs mais malheureusement il n'y a plus beaucoup d'investigations, par manque de moyens." Nathalie Barré, la mère de Mathis Jouanneau, enfant de 8 ans disparu en 2011 alors qu'il était gardé par son père, a lancé le 10 février une cagnotte en ligne sur Leetchi pour retrouver son fils. Avec les fonds récoltés, Nathalie Barré veut financer des recherches parallèles à celles des enquêteurs afin de le retrouver. Elle souhaite faire appel à un enquêteur privé car il y a "encore plein de pistes à explorer".

Le père de l'enfant, Sylvain Jouanneau, a été condamné en 2015 à 20 ans de prison pour avoir enlevé et séquestré son fils. Cet ancien cadre divorcé devenu maçon n'a jamais ramené son fils à sa mère le 4 septembre 2011, à Caen, comme il aurait dû le faire au terme de son droit de garde du week-end. Arrêté trois mois plus tard près d'Avignon après avoir été aperçu à six reprises, toujours seul, il n'a jamais fourni la moindre indication sur le sort du garçon, répétant l'avoir confié à des tiers à l'étranger. Une instruction pour homicide est toujours en cours.

"On rame à contre-courant dans cette affaire"

Interrogée par l'AFP, Aline Lebret, avocate de Nathalie Barré, dit "comprendre le désespoir" de sa cliente, qui a "l'impression que la justice ne fait plus grand-chose". Elle rappelle toutefois qu'un enquêteur privé ne "dispose pas des mêmes moyens d'autorité que la justice". "On rame à contre-courant dans cette affaire", estime Aline Lebret. "Chaque fois que je fais quelque chose, je le fais avec des enclumes au pied. J'ai fait des demandes d'investigations il y a plus de deux ans et je n'ai toujours pas de retour des actes demandés, les actes sont peut-être réalisés, je n'en sais rien", poursuit l'avocate.

Lassée par l'absence de résultats, Nathalie Barré a lancé cette cagnotte accompagnée du portrait de l'enfant vieilli. En 2015, la police avait lancé, sans succès, un appel à témoins avec cette même photo. Pour Aline Lebret, cet appel n'a pas été fait "de façon sérieuse". Lancée en avril 2018, une pétition pour "redonner du souffle à l'enquête et obtenir des moyens financiers" a également recueilli 89 000 signatures.