Cet article date de plus de sept ans.

Procès en appel d'Andy, accusé d'avoir tué sa famille en Corse

Le jeune homme qui a tué ses parents et ses deux frères en 2009 en Corse est jugé une nouvelle fois. La Cour d'assises des mineurs d'Aix-en-Provence examine en appel cette affaire à partir de ce jeudi. En première instance, Andy avait été reconnu coupable mais irresponsable et n'a donc jamais fait de prison. 
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
 (Maxppp)

Andy à nouveau devant les
jurés. Le jeune homme, accusé d'avoir tué sa famille dans la nuit du 11 au 12
août 2009, est jugé en appel par la Cour d'assises des mineurs d'Aix-en-Provence
à partir de ce jeudi. En première instance, le 12 novembre 2012, la Cour d'assises des mineurs de Corse-de-Sud l'avait
reconnu coupable mais irresponsable
. Cela signifie qu'il n'a pas fait de
prison.

Lors du premier procès, les débats ont
beaucoup tourné autour du discernement ou non du jeune homme au moment des
faits. Trois collèges d'experts psychiatriques avaient donné des avis
contradictoires. Ils ont majoritairement conclu à l'absence de schizophrénie, parlant plutôt d'etat "borderline" et de pathologie narcissique. Au final, la Cour avait jugé Andy "irresponsable, pour un trouble mental ayant aboli
le discernement au moment des actes
". Le jury a ordonné une
hospitalisation alors que le parquet réclamait 18 ans de réclusion.

"Je me
sentais comme un robot, il y avait quelqu'un d'autre à ma place" (Andy)

Avec ce nouveau procès, les parties civiles attendent "la vérité ",
selon leurs avocats. "On va essayer
une dernière fois de lui faire dire la vérité car en réalité, on ne sait pas ce
qui s'est passé cette nuit là
",
explique Me Lajia Fazai. Andy, lui, a raconté aux enquêteurs : "Je ne savais plus où j'étais. Je n'entendais plus
rien et je voyais tout flou. Il y avait quelqu'un d'autre à ma place
". Et il avait ajouté : "C 'est comme si il y
avait un beau jardin et que j'avais tout détruit, sans motif
. Je me
sentais comme un robot, il y avait quelqu'un d'autre à ma place
".

A LIRE ►►► Le Plus de France Info
| Corse : Andy, 19 ans, jugé pour avoir tué toute sa famille
 

Dans la nuit du
11 au 12 août 2009, Andy s'est pourtant levé en plein milieu de la nuit et a
décidé de quitter la maison. Il était alors âgé de 16 ans et présenté comme un
bon élève, sportif, sans problèmes. D'après ce qu'il a raconté aux enquêteurs,
il s'est emparé du fusil à pompe de son père, employé dans une petite
entreprise de presse. Il a tiré sur ses parents et ses deux frères de 10 ans,
avant de vider le coffre-fort de la chambre de ses parents contenant 2.500
euros.

Les entendant
gémir, il serait revenu pour les achever avant de prendre du linge et de
partir. Il a adressé des appels à l'aide par messages téléphoniques à ses amis et a été
retrouvé par son oncle, la nuit suivante sur une plage des environs. Choqué,
pieds nus, en short, il s'était entaillé les veines.

Il ne veut pas quitter l'hôpital

Les parents d'Andy avaient
désiré leur premier enfant pendant dix ans avant de réussir à l'avoir. Alors quand Andy est né, c'est leur trésor, "leur
perle
" comme ils le surnomment affectueusement.

Depuis un an, Andy est interné dans
une unité pour malade difficile. Il parle toujours de ses parents et de ses frères au présent, "un mécanisme de défens e" analyse le psychologue qui le suit,  "comme un rempart contre la terreur qu'il s'inspire à lui-même ". Selon ses avocats, "il s'est parfaitement intégré ", à l'établissement. "I l fait de la poterie du jardinage, ne prend
aucun médicaments
". Le jeune homme dit également qu'il ne veut pas
quitter cet endroit, que le "monde extérieur l'angoisse ". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.