Cet article date de plus de six ans.

Procès du Carlton : quand "Dodo la saumure" dit faire "du Audiard"

L’audience de ce jeudi au tribunal de Lille a été marquée par la déposition de Dominique Alderweireld, dit "Dodo la saumure". "Je fais du Audiard" a-t-il dit à la barre, quand le président rappelle qu’il parle des "filles comme d’"un cheptel".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Dominique Alderweireld, dit Dodo la saumure, est entré en scène ce jeudi au tribunal de Lille © MaxPPP)

Fidèle à son personnage, Dominique Alderweireld, dit "Dodo la saumure" a pris soin à la barre du tribunal correctionnel de Lille de garantir le spectacle ce jeudi, quitte à générer des sourires forcés. Interrogé sur l’hôtel Carlton de Lille, lieu de départ de cette affaire présumée de proxénétisme aggravé, le souteneur belge a nié y avoir envoyé "ses filles ".

A LIRE AUSSI ►►►Procès du Carlton : "Dodo la Saumure" assure qu' "il ne craint rien".

Dominique Alderweireld est-il impliqué dans un réseau de proxénétisme pour des clients français ? Le prévenu, qui fête ce jeudi ses 66 ans, a pris soin de laisser ses pions et ses affaires en Belgique, où il possède cinq clubs.

"Je n'ai jamais influencé personne, ni donné un conseil pour que des filles de mes clubs aillent au Carlton".

"Dodo la saumure" a tenté de convaincre les magistrats de "l’indépendance de ses filles". Une version contredite par le témoignage de Jade, une ancienne prostituée, partie civile dans ce dossier.

"Chez Dodo, je n'ai rencontré aucune fille avec un statut d'indépendante."
 

 

"Une façon de parler"

Reprenant des termes employés par le prévenu et relevés lors d’écoutes téléphoniques, le président du tribunal a fait remarquer au prévenu qu’il employait le terme de "cheptel " pour parler "des filles ". "Dodo la saumure" n’a pas hésité à évoquer Audiard, le célèbre dialoguiste du cinéma français qui  a notamment travaillé sur Les Tontons Flingueurs .

A l'audience, ce jeudi, "Dodo la saumure" a dit aussi envisager la création d'un sixième club en Belgique, qu’il voudrait appeler "FMI", en référence au Fonds monétaire international dont Dominique Strauss-Kahn, également poursuivi pour proxénétisme aggravé, a été le directeur général de novembre 2007 à mai 2011.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.