DIRECT. "Il n'y a pas une nuit sans que j'y pense" : au procès des attentats de janvier 2015, Claude Hermant exprime ses regrets

La journée de jeudi est consacrée aux témoignages des membres d'un réseau de trafiquants dont certaines armes se sont retrouvées entre les mains d'Amedy Coulibaly, le tueur de Montrouge et de l'Hyper Cacher.

Claude Hermant, à Lille (Nord), le 15 décembre 2015.
Claude Hermant, à Lille (Nord), le 15 décembre 2015. (MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

C'est un peu l'affaire dans l'affaire. L'enquête sur les attentats de janvier 2015 a révélé que huit armes retrouvées en possession d'Amedy Coulibaly à l'Hyper Cacher, ainsi que dans "l'appartement conspiratif" que le terroriste avait loué à Gentilly, provenaient d'un réseau de trafiquants d'armes lillois. Et non des moindres, puisqu'au cœur de ce réseau, se trouve Claude Hermant, à la fois figure de l'extrême droite et ancien indicateur des douanes et des gendarmes. Les protagonistes de ce volet ne sont pas jugés au procès qui s'est ouvert le 2 septembre, car ce dossier a fait l'objet d'une autre procédure. Ils ont été condamnés en 2019 et seront donc entendus en tant que témoins, devant la cour d'assises spéciale de Paris, jeudi 1er octobre.

 Une peine alourdie en appel. En février 2019, Claude Hermant a été condamné à huit ans de prison30 000 euros d'amende et d'une interdiction de détenir ou porter une arme pendant cinq ans, pour trafic d'armes en bande organisée, à la suite d'une enquête qui a dénombré 470 armes importées illégalement, en provenance des pays de l'Est. Ces armes ont été vendues en 2014 par une société gérée par Aurore Joly, compagne de Claude Hermant.

 Le double rôle de Claude Hermant. Selon les informations de Mediapart, le militant identitaire émargeait à la section de recherche de la gendarmerie de Villeneuve-d'Ascq depuis 2013. Ce rôle d'indic a-t-il gêné les enquêteurs dans leurs investigations sur les attentats de janvier 2015 ? "Non", a affirmé à la barre une enquêtrice de la Sous-direction antiterroriste (Sdat). Leurs officiers traitants, dont l'ancien patron des RG lillois, seront également entendus jeudi.

 Des "vieux briscards" attendus à l'audience. L'enquêtrice de la Sdat a désigné les personnes interrogées dans ce volet comme "des vieux briscards, des gros morceaux en matière de droit commun si la cour peut me permettre". Ils sont rompus face à la justice, a-t-elle souligné. "Ce sont des armes qui ont servi à tuer", a-t-elle tenu à rappeler. "Quel que soit le cheminement de ces armes, on s'expose à ce qu'elles soient utilisées, c'est ce qui s’est passé", a-t-elle ajouté.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PROCES_ATTENTATS

18h01 : Retour à la cour d'assises spéciale de Paris, où le procès des attentats de janvier 2015 se poursuit. La cour continue d'entendre les témoignages de membres d'un réseau de trafiquants d'armes, dont certaines ont été utilisées par Amedy Coulibaly lors des attentats de Montrouge et de l'Hyper Cacher.

15h32 : Bonjour @Jacques, Claude Hermant est un ancien indicateur des douanes et des gendarmes, mais également un identitaire, figure de l'extrême droite lilloise. L'an dernier, il a été condamné en appel à huit ans de prison pour trafic d'armes en bande organisée, dont certaines avaient été utilisées par Amedy Coulibaly lors des attentats de Montrouge et de l'Hyper Casher, en janvier 2015.

Le trafic d'armes pour lequel il a été reconnu coupable comprenait pas moins de 500 armes. Six d'entre elles avaient servi à Amedy Coulibaly.

15h31 : Bonjour, désolé mais je n'ai pas compris qui est Claude Hermant et son rôle ? Merci pour vos éclaircissements.

15h29 : Retour au procès des attentats de janvier 2015, où les audiences reprennent, selon notre journaliste sur place. Trois auditions sont attendues cet après-midi. La cour d'assises spéciale de Paris entend aujourd'hui les témoignages de membres d'un réseau de trafiquants d'armes, dont certaines se sont retrouvées entre les mains d'Amedy Coulibaly.

12h10 : Il est l'heure de faire le point sur l'actualité.

Les maires de Paris, Lyon, Lille, Grenoble et Toulouse s'entretiennent aujourd'hui avec Jean Castex pour discuter d'"éventuelles adaptations" des mesures sanitaires. Suivez notre direct.


Cinq départements de l'ouest de la France – le Finistère, les Côtes-d'Armor, le Morbihan, l'Ille-et-Vilaine et la Loire-Atlantique – sont placés en vigilance orange par Météo France, aujourd'hui, à l'approche de la tempête Alex.


La journée d'aujourd'hui est consacrée aux témoignages des membres d'un réseau de trafiquants dont certaines armes se sont retrouvées entre les mains d'Amedy Coulibaly. Suivez notre direct.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé aujourd'hui que l'UE lançait une procédure d'infraction contre le gouvernement britannique, en raison de son projet de loi controversé qui revient en partie sur l'accord du Brexit. Plus de détails dans cet article.

11h38 : Le témoin Claude Hermant assure devant le tribunal que les "8 armes [utilisées par Amedy Coulibaly] sont bien passées par [sa] société,mais nous ne les avons pas remilitarisées", rapporte notre journaliste Violaine Jaussent.

11h19 : Le témoin Claude Hermant est arrivé au tribunal. Après s'être fait sermonner pour son retard (1h15 par rapport à l'horaire prévu), la figure de l'extrême droite lilloise et ancien indicateur des douanes et des gendarmes est tout de suite assailli de questions par le président sur les armes qui ont été retrouvées chez Amedy Coulibaly. "Mes sentiments sont clairs. Il n’y a pas une nuit sans que j’y pense. C’est un énorme loupé", regrette Claude Hermant, cité par notre journaliste sur place Violaine Jaussent.

10h42 : Petit contretemps au procès des attentats de janvier 2015. En effet, Claude Hermant et Christophe Dubroeucq, qui devaient être entendus ce matin, "sont bloqués dans les bouchons" à quelques kilomètres de Paris, nous apprend notre journaliste Violaine Jaussent.

09h42 : L'audience du jour est donc consacrée "aux témoignages des membres d'un réseau de trafiquants, dont certaines armes se sont retrouvées entre les mains d'Amedy Coulibaly, le tueur de Montrouge et de l'Hyper Cacher", explique notre journaliste sur place Violaine Jaussent.

09h27 : Bonjour @Ou est Charlie, la journée d'aujourd'hui est consacrée aux témoignages des membres d'un réseau de trafiquants dont certaines armes se sont retrouvées entre les mains d'Amedy Coulibaly, le tueur de Montrouge et de l'Hyper Cacher. Ma collègue Violaine Jaussent est sur place pour nous faire suivre cette nouvelle journée d'audience qui débute à 9h30.