Près de la moitié des taxis parisiens refusent les aveugles et leurs chiens

D'après les tests réalisés par le Défenseur des droits, 43% des taxis parisiens refusent de prendre en charge des personnes aveugles accompagnées par leur chien, ce qui est interdit par la loi. En cas de "nouveaux refus discriminatoires", Dominique Baudis menace de transmettre ses procès-verbaux au parquet "en vue de poursuites pénales".

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

C'est à la suite d'une réclamation faite par un non-voyant
guidé par son chien que les services du Défenseur des droits ont décidé de
mener leur enquête. Les 20 et 21 mars dernier, ils ont testé une
trentaine de taxis parisiens pour vérifier si les chauffeurs acceptaient de
prendre en charge des personnes aveugles et leur compagnon à quatre pattes. Résultat : 43%
des taxis ont refusé la course "du fait qu'ils n'acceptaient pas les
chiens
".

"Les textes sont pourtant clairs : ces refus sont
interdits et pénalement répréhensibles
", note Dominique Baudis. Le
Défenseur des droits précise que si l'article 26 de l'arrêté relatif aux taxis
parisiens permet "de refuser les voyageurs accompagnés d'animaux "
mais pas "lorsqu'il s'agit d'aveugles avec leur chien guide ".

"Le phénomène n'est pas isolé "

Si le nombre de taxis testés est très restreint, "le taux
élevé de refus discriminatoires confirme que le phénomène n'est pas
isolé
", poursuit le Défenseur des droits.

Pour le moment, la justice
n'est pas saisie des cas répertoriés. Mais "si de nouveaux refus étaient
constatés, les procès-verbaux établis seront transmis au procureur de la
République en vue de poursuites pénales
".