Plainte contre la DGSE pour tentative de racket : "Une affaire rocambolesque"

Alain Duménil, un homme d'affaires franco-suisse, accuse la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) d'avoir tenté de lui extorquer 15 millions d'euros. Coauteur de l'article du Monde, qui parait mardi, Gérard Davet a apporté des éléments sur cette affaire, lundi soir sur franceinfo.

Siège de la Direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE), à Paris.
Siège de la Direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE), à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

Un homme d’affaires franco-suisse, Alain Duménil, en litige financier avec la DGSE, accuse l'agence de renseignement d’avoir tenté de lui extorquer 15 millions d’euros en mars 2016. "L'affaire est rocambolesque", a témoigné, lundi 23 janvier au soir sur franceinfo, Gérard Davet, journaliste au Monde et coauteur de cet article, qui parait mardi, avec Fabrice Lhomme. 

La DGSE aurait "kidnappé" l'homme d'affaires

Alain Duménil a porté plainte le 17 janvier dernier contre la Direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE) pour avoir tenté de lui extorquer 15 millions d'euros. "L'homme d'affaires a racheté une entreprise dans laquelle l'agence de renseignement avait laissé des sous pour les faire fructifier", a raconté le journaliste.

Finalement, le retour sur investissement est peu probant et la DGSE en veut à l'homme d'affaires. Pour récupérer les 15 millions d'euros, les espions français "kidnappent Alain Duménil pour lui demander de rembourser la DGSE."

Il est très compliqué d'enquêter sur la DGSE mais là, elle a assumé le fait d'avoir retenu contre son gré cet homme dans une pièce du poste de police de Roissy.Gérard Davet, journaliste au Mondesur franceinfo

Selon le journaliste, la "DGSE est censée ne jamais intervenir sur le territoire français". Le service de renseignement reconnait avoir retenu cet homme mais avance l'argument du secret de défense nationale." Impossible d'aller plus loin et c'est pourquoi l'homme a décidé de porter plainte car cela pourrait remonter jusqu'à Matignon", a affirmé le journaliste.

"Une affaire rocambolesque", Gérard Davet, journaliste au Monde.
--'--
--'--