Cet article date de plus de six ans.

Patrice de Maistre et Eric Woerth à nouveau devant la Justice

Un mois après le procès de l'affaire Bettencourt, Eric Woerth et Patrice de Maistre se retrouvent à nouveau devant la Justice pour trafic d'influence présumé : l'ex-gestionnaire de fortune aurait fourni un emploi à la femme de l'ancien ministre en échange d'une légion d'honneur.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Eric Woerth et Patrice de Maistre doivent à nouveau comparaîrtre devant la Justice pour trafic d'influence présumé © Maxppp)

C'est le retour d'Eric Woerth devant la Justice bordelaise. Un mois après le procès-fleuve de l'affaire Bettencourt, l'ancien ministre a rendez-vous avec Patrice de Maistre au tribunal correctionnel. Avec l'ex-gestionnaire de fortune de l'héritière de l'Oréal, il devra répondre de trafic d'influence.

Emploi contre médaille ?

Le factotum de Liliane Bettencourt aurait fourni un emploi à Florence Woerth en septembre 2007, dans sa société Clymène chargée de la gestion des avoirs de Liliane Bettencourt, en échange de sa nomination au grade de Chevalier dans l'Ordre national de la Légion d'honneur. Eric Woerth lui a personnellement remis la médaille le 23 janvier 2008.

Troisième volet de l'affaire Bettencourt

Le fait que Patrice de Maistre ait été membre du "Premier cercle", club des donateurs fortunés de l'UMP, dont l'ex-ministre était le trésorier, a constitué un élément de soupçon pour les juges d'instruction. Toutefois, le parquet avait requis un non-lieu pour les deux hommes au terme de l'instruction, estimant que "*le lien de corrélation entre les deux faits -- condition nécessaire à la

caractérisation du délit -- n'est pas formellement démontré* ". Les deux hommes risquent malgré tout une peine maximale de dix ans prison et 150.000 euros d'amende. Les débats devraient durer quatre ou cinq jours sous la conduite des mêmes magistrats que lors du procès Bettencourt, dont la décision doit tomber le 28 mai. A noter qu'un troisième volet de cette affaire tentaculaire sera jugé les 8 et 9 juin, toujours à Bordeaux. Cette fois c'est une juge, Isabelle Prévost-Desprez, qui devra se justifier des fuites au bénéfice de deux journalistes du Monde en septembre 2010.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.