NDDL : les recours rejetés par le tribunal administratif de Nantes

Les dix-sept recours rejetés ce vendredi matin concernaient les volets environnementaux du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Les partisans de ce projet devrait réclamer le lancement des travaux "dès la rentrée". Et ses opposants faire appel.

(Les opposants au projet vont faire appel © MAXPPP)

Le tribunal administratif de Nantes a rejeté vendredi tous les recours contre les volets environnementaux du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Les arrêtés contestés en justice autorisent le lancement des travaux du futur site de 1.650 hectares et donc la destruction de zones humides et près de 100 espèces protégées ou leur déplacement, afin d'aménager et exploiter la plate-forme aéroportuaire. Cette décision est donc une bonne nouvelle pour les partisans de ce projet et pour le concessionnaire Vinci.

Le projet d'aéroport "va pouvoir se poursuivre" a réagi Manuel Valls dans un communiqué. "La réalisation du projet est ainsi à nouveau engagée après avoir été suspendue depuis fin 2012." "C'est une grande victoire pour la région, pour tous les habitants et pour la connexion de l'Ouest de la France au monde entier. Une victoire sur les tentatives multiples et répétées des opposants pour faire régresser notre région. Que les opposants acceptent qu'ils ont perdu démocratiquement ", a déclaré sur France Info François de la Tullaye, porte-parole de l'association "Des Ailes pour l'Ouest".

"C'est une grande victoire pour la région, pour tous les habitants et pour la connexion de l'Ouest de la France au monde entier" (François de la Tullaye)
--'--
--'--

Mais les signataires de ces recours n'ont pas l'intention de baisser les bras. Ainsi France Nature Environnement (FNE) a déjà annoncé son intention de faire appel. : "On espère encore faire changer les choses. C'est un vieux projet, complètement hors-sol et déconnecté de l'intention de la France d'accueillir la Cop 21 – les négociations climatiques à la fin de l'année ", a déclaré Benoît Hartmann, président de l'association. "Rappelons que le transport par avion est le plus polluant. Ce serait totalement contradictoire, alors que l'Etat français se veut exemplaire comme pays accueillant. Donc, oui, nous gardons espoir et c'est pour cela que nous faisions appel ", a-t-il déclaré au micro de France Info. 

"Cet aéroport, tel qu'il a été conçu, ne peut pas être dans 'l'excellence environnementale'" (Benoît Hartmann)
--'--
--'--

L'Acipa de, la principale association d'opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, mais aussi des autres associations et élus locaux engagés dans cette bataille, devraient également faire appel.

La promesse de François Hollande

Les partisans de ce nouvel aéroport ont déjà fait savoir qu'en cas de rejet des requêtes, il faudrait évacuer la zone toujours occupée par les fameux zadistes. Mais le président de la République avait indiqué en janvier sur France Inter que "tant que les recours ne sont pas épuisés, le projet ne peut pas être lancé ". Et puisque leurs adversaires font appel...