Cet article date de plus de sept ans.

Mort de Marina : pas de condamnation de l'Etat pour faute lourde

Les deux associations de protection de l'enfance qui poursuivaient les institutions judiciaires pour n'avoir pas fait leur travail de protection de la fillette ont été déboutées jeudi par le tribunal d'instance du XIIIe arrondissement de Paris.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

Après la condamnation des parents, l'Etat était jugé pour faute grave dans l'affaire Marina. Finalement,
il n'a pas été condamné, selon nos informations. Les deux associations de défense des droits de l'enfant, Innocence
en danger
et Enfance et partage ont été déboutées ce jeudi par le tribunal d'instance du XIIIe arrondissement de Paris. Les associations espéraient faire condamner les institutions judiciaires pour négligences.

"Si l'enquête
avait été effectuée correctement, la filette aurait pu être sauvée"

Les associations s'appuyaient notamment sur le classement sans suite d'une enquête pour suspicion de maltraitance par le Parquet du Mans, quelques mois avant la mort de la petite fille à Ecommoy, en 2009. Marina aurait
pu être sauvée, estiment les associations.

La fillette
de 8 ans est morte sous les coups de ses parents en 2009. Ils ont été condamnés
par la cour d'assises de la Sarthe en juin 2012.  Le père et la mère de Marina ont écopé de  30 ans de prison pour actes de torture et
barbarie sur mineure.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.