Cet article date de plus de huit ans.

Mort de Clément Méric : cinq personnes déférées, trois relâchées

L'une des quatre premières personnes arrêtées jeudi a été relâchée en début d'après-midi. Une jeune femme et un homme, qui s'étaient présentés d'eux-mêmes, sont également repartis libres un peu plus tard. Dans la soirée, les cinq personnes restantes ont été déférées au parquet. Elles seront présentées à un juge samedi.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Quatre personnes, trois
hommes et une femme, ont d'abord été interpellées jeudi à Saint-Ouen, en
Seine-Saint-Denis. Trois autres, deux hommes et une femme, se sont ensuite
rendus spontanément à la police. Un huitième individu s'est livré un peu plus
tard.

Une première personne, faisant partie du coup de filet de Saint-Ouen, a été relâchée dans l'après-midi. Deux autres, qui s'étaient rendus d'eux-mêmes, un homme et une femme, ont connu le même sort un peu plus tard. 

Présentées à un juge samedi

Il restait donc cinq personnes en garde à vue. Dont l'auteur présumé du coup
porté à Clément Méric. Le suspect, un skinhead âgé de
20 ans, a reconnu avoir porté le coup, "sans intention de
donner la mort"
,
précise une source policière dans Le Parisien . Toutes les cinq ont été déférées au parquet dans la soirée. Elles seront présentées à un juge d'instruction samedi. Les chefs d'ouverture de l'information judiciaire ne sont pas connus dans l'immédiat.

Une source policière
indique également que plusieurs des gardés à vue sont connus pour être proches
du groupuscule Troisième Voie et des Jeunesses nationalistes révolutionnaires
(JNR), fondées par Serge Ayoub. Jeudi, au lendemain de l'agression qui tué le
jeune militant d'extrême gauche, le leader d'extrême droite avait nié toute
implication de son groupuscule dans cette attaque.  

Le jeune militant d'extrême gauche, âgé
de 18 ans, a été tué à la sortie d'une vente privée de vêtements dans le
quartier Saint-Lazare à Paris. Son décès a suscité de très vives réactions. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.