Cet article date de plus de dix ans.

Mort d'une riche veuve sur sa péniche : deux hommes devant la justice

C'est le procès d'un mystère qui s'ouvre ce mardi devant la cour d'assises de Nanterre. Le procès de deux hommes accusés d'avoir assassiné une riche veuve, retrouvée pendue sur sa péniche amarrée à Neuilly, en décembre 2005. L'enquête de la police avait d'abord conclu à un suicide, avant que la famille de la veuve ne porte plainte. L'un des hommes était le légataire universel de la fortune de cette femme, estimée à 14 millions d'euros.
Article rédigé par Corinne Audouin
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Grégoire Lecalot Radio France)

Dominique Aubry, 57 ans, était la veuve
d'un riche antiquaire. Elle avait sombré dans une profonde dépression depuis la
mort subite de son mari. Quand elle est retrouvée pendue, un matin de décembre
2005, la thèse du suicide s'impose. Mais sa famille n'y croit pas.

La veille de
sa mort, elle avait dîné avec deux hommes, les derniers à l'avoir vue en vie.
Franck, ami de longue date, son "fils spirituel", et Olivier,
rencontré l'été précédent. Deux mois avant sa mort, la veuve avait changé son
testament, avec l'aide d'Olivier, pour faire de Franck son légataire universel.

Un non-lieu en 2011

Voilà qui fait un mobile plausible. Mais pas une preuve. Car les experts se
contredisent. L'un estime "probable" que
la victime ait été étranglée avant d'être pendue. "Rien ne permet
d'exclure le suicide", réplique un autre. Comment savoir ? Le juge d'instruction
était allé jusqu'à faire renifler les suspects par le chien de la défunte, sans
succès.  

En 2011, les deux hommes ont
bénéficié d'un non-lieu finalement infirmé par la cour d'appel de Versailles. Plus
de 8 ans après les faits, les deux hommes qui ont toujours nié les faits,
comparaissent, à partir de ce mardi, libres devant la justice. Ils encourent la réclusion à
perpétuité. Le verdict est attendu le 21 mars.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.