Cet article date de plus de dix ans.

Monsanto condamné en justice pour avoir intoxiqué un agriculteur

C'est une première judiciaire : le géant de l'agro-alimentaire a été jugé responsable de l'intoxication à l'herbicide Lasso un agriculteur français. Le tribunal de grande instance de Lyon a ordonné une expertise pour évaluer les préjudices, et fixer les dommages et intérêts. Monsanto envisage de faire appel.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

 

"Monsanto est responsable du préjudice de Paul François suite à l'inhalation du produit Lasso" : le jugement du tribunal de grande instance de Lyon est parfaitement clair. Et c'est une première en France, qui ouvre la voie à des dommages-intérêts.

D'ailleurs, le tribunal "condamne Monsanto à indemniser entièrement Pierre François de son préjudice".  Le tribunal confie une expertise médicale à un médecin de l'hôpital Rothschild à Paris.

Sans surprise, Monsanto a fait savoir, en fin de journée, qu'il envisageait de faire appel de cette condamnation.

Pierre François, c'est ce céréalier de Bernac, en Charentes, qui a inhalé des vapeurs d'un puissant désherbant, le Lasso, le 27 avril 2004. Rapidement pris de nausées, puis de troubles, il n'a pas pu travailler pendant près d'un an. Un an après, les analyses relevaient encore, dans son organisme, des traces de monochlorobenzène, un solvant présent pour moitié dans le Lasso, au côté du principe actif, l'anachlore.

Pierre François est progressivement devenu le porte-parole des victimes de pesticides. En 2008, il a obtenu que ses troubles soient reconnus comme maladie professionnelle par la MSA, la Mutualité sociale agricole.

Lors de l'audience, le mois dernier, devant la 4e chambre civile du TGI de Lyon, son avocat avait accusé Monsanto d'avoir "tout fait pour laisser le Lasso sur le marché" , alors que sa dangerosité était établie, depuis les années 80. Celui-ci n'a été retiré qu'en 2007.

 


Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.