Cet article date de plus de cinq ans.

Michaël Blanc "est ravi de se trouver dans un pays civilisé" après 19 ans passés en Indonésie pour trafic de drogue

L'oncle de Michaël Blanc a expliqué, dimanche à franceinfo, que son neveu est à la fois épuisé et très heureux de retrouver sa famille, après 19 ans retenu en Indonésie pour trafic de drogue.

Article rédigé par franceinfo - Édité par Noémie Bonnin
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Michael Blanc et sa mère Hélène Le Touzey, à l'aéroport de Jakarta, en Indonésie, avant son retour en France, le 21 juillet 2018. (HANDOUT / IMMIGRATION AGENCY INDONESIA)

"Michaël Blanc va très bien ! Il est à côté de sa mère, avec sa famille autour et il est ravi", a témoigné dimanche 22 juillet sur franceinfo Alfredo Descalzi, l'oncle de Michaël Blanc, qui est arrivé à Genève dans la matinée après son départ d'Indonésie.

Le retour de Michaël Blanc n'a pas été de tout repos, selon son oncle. "Il est extrêmement épuisé. Comme lui et sa mère étaient [spécialement] désignés au commandant de bord, pendant l'escale de trois heures en Turquie, les autorités turques n'ont rien trouvé de mieux que de les parquer dans un couloir, sans possibilité de boire ni de manger, à dix mètres d'une buvette, sans le droit de bouger. C'est horrible."

À son arrivée en Suisse, Michaël Blanc a eu la surprise de redécouvrir le pays 19 ans après son départ. "Il ne reconnaît plus Genève, parce que la ville a beaucoup changé mais il est absolument ravi ! Il est ravi de se trouver dans un pays civilisé, avec des gens civilisés. Il m'a dit : 'Des douaniers et des flics qui nous aident, je ne connaissais pas !'"

On est déjà en train de parler avec ses proches de la manière dont on va l'aider à trouver son avenir.

Alfredo Descalzi

à franceinfo

Le programme du Français pour les prochains jours tient en un seul mot, d'après Alfredo Descalzi : "Du repos, du repos et encore du repos." Tandis que sa mère, installée en Indonésie pour soutenir son fils pendant sa détention, doit retourner à Jakarta à la mi-août à cause d'obligations professionnelles, Michaël Blanc doit se reconstruire. "La première chose, c'est qu'il faut qu'il réfléchisse, qu'il prenne ses marques, ne serait-ce que pendant quelques jours."

En 1999, Michaël Blanc a été arrêté à l'aéroport de Jakarta avec 3,8 kilos de haschisch dans des bouteilles de plongée. Il affirme qu'un ami les lui avait confiées pour les transporter. À l'époque, il avait échappé de justesse à la peine de mort et a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Il a bénéficié d'une grâce présidentielle partielle en 2009 et vu sa peine commuée en 20 ans de prison. En 2014, il avait obtenu une libération conditionnelle et était sorti de prison, mais il avait interdiction de quitter l'Indonésie. Cette restriction a pris fin samedi 21 juillet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.