Metz : enquête sur un complot d'ordre sexuel ourdi par un sénateur contre son collègue

Cette affaire relance la rivalité entre le sénateur UMP François Grosdidier et le sénateur DVD Jean-Louis Masson, vieille de trente ans.

A gauche, François Grosdidier, sénateur UMP le 2 mars 2011 à Woippy (Moselle). A droite, Jean-Louis Masson, sénateur DVD, le 15 mars 2004 à Nancy (Meurthe-et-Moselle).
A gauche, François Grosdidier, sénateur UMP le 2 mars 2011 à Woippy (Moselle). A droite, Jean-Louis Masson, sénateur DVD, le 15 mars 2004 à Nancy (Meurthe-et-Moselle). (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

"Le seul truc, c'est de le faire couler avec une mineure dans un pays, y'a que ça." Pour avoir prononcé cette phrase lors d'une conversation téléphonique, le sénateur UMP François Grosdidier est visé par une plainte de son collègue DVD Jean-Louis Masson. Le parquet de Metz a annoncé mercredi 1er août avoir ouvert une enquête préliminaire sur cette affaire.

Didier Masson reproche à François Grosdidier d'avoir ourdi ce complot pour l'impliquer dans une affaire de mœurs avec une mineure. Il a transmis au parquet un enregistrement audio venant à l'appui de ses accusations, et a été entendu mercredi matin par la police judiciaire de Metz, chargée de l'enquête.

"C'est un polytechnicien fou"

"Au Maroc il se fera piéger comme un lapin", affirme l'interlocuteur de François Grosdidier lors de cette conversation. "Dès que ça pète, moi je préviens le secrétaire d'Etat à l'Intérieur en lui disant: 'Ecoutez, ne le protégez pas, c'est le plus foireux des hommes politiques français, c'est un polytechnicien fou'", poursuit François Grosdidier.

Après la publication de cet enregistrement, ce dernier a répondu en déposant à son tour plainte pour dénonciation calomnieuse, manipulation et association de malfaiteurs, affirmant qu'il s'agissait d'un assemblage de "bribes de conversation".

Rivalité politique en Moselle

"Il y a un ou deux ans, j'ai été contacté par un certain Sébastien Faizant, qui se présentait comme un expert financier. Il me faisait des propositions délirantes pour compromettre Jean-Louis Masson. J'ai poussé la conversation en m'amusant pour voir jusqu'où irait son délire. Cette affaire est une blague de collégiens", s'est justifié François Grosdidier.

Cette affaire relance une solide rivalité entre les deux hommes, qui, après avoir milité ensemble au RPR au début des années 80 et été candidats sur la même liste aux municipales à Metz en 1989, se disputent le leadership de la droite en Moselle et se vouent depuis une inimitié tenace. François Grosdidier a par ailleurs été mis en examen dans une affaire de "détournement de biens publics" et "prise illégale d'intérêts".