Cet article date de plus de sept ans.

Médicaments mal conditionnés : la mort expliquée par la non prise du diurétique ?

Selon les premiers résultats de l'autopsie, il semble bien que ce soit l'absence de prise du médicament qui ait provoqué un œdème pulmonaire au nonagénaire de Marseille, mort samedi soir. L'homme devait prendre un diurétique deux fois par jour, en raison d'une insuffisance cardiaque grave, explique le procureur de la République.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

La faute à pas de chance ? La boulette du laboratoire Teva, qui a remplacé par erreur son diurétique par un somnifère, pourrait avoir coûté la vie à un homme, un nonagénaire de Marseille, samedi soir. Par précaution, dès vendredi, l'Agence du médicament avait procédé au rappel de 190.000 boîtes - Teva concède une erreur sur moins de quelques centaines de boîtes seulement.

Un homme de 91 ans est donc mort samedi soir d'un œdème pulmonaire. Pour en avoir le coeur net, une autopsie a été pratiquée dans la journée. Selon le procureur de la République de Marseille Jacques Dallest, "la non prise du diurétique peut être à l'origine de l'œdème pulmonaire aigu" .

L'infirmière qui soignait le nonagénaire lui a expliqué qu'elle donnait ce médicament deux fois par jours en raison d'une insuffisance cardiaque grave. "Il semblerait que l'une des boîtes d'un mot mal conditionné" ait été utilisée depuis une semaine, précise le procureur. En clair, le malade était soigné depuis une semaine... par un somnifère.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.