Cet article date de plus d'onze ans.

Lyon. Une "procédure administrative" contre les policiers soupçonnés de corruption

Manuel Valls a promis que les sept policiers lyonnais mis en examen jeudi seraient présentés devant le conseil de discipline de la police nationale.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, le 14 septembre 2012 lors d'une visite de l'Institut national de police scientifique à Ecully (Rhône). (JEFF PACHOUD / AFP)

JUSTICE - Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a assuré vendredi 14 septembre à Lyon qu'il y aurait une "procédure administrative" à l'encontre des sept policiers lyonnais mis en examen jeudi pour corruption passive. "Il y a un conseil de discipline. Respectons les règles" pour les policiers mis en cause, a dit le ministre, rappelant qu'ils avaient "droit à la présomption d'innocence".

Les sept policiers ont été mis en examen pour "corruption passive par personne dépositaire de l'autorité publique". Ils sont soupçonnés d'avoir rendu des services à une famille de Vénissieux (Rhône) en échange d'avantages, tels que des repas au restaurant, des téléphones ou de l'électroménager.

Valls réclame une police "exemplaire"

"Je serai intraitable sur le respect de la déontologie et de la loi", a affirmé Manuel Valls, pour qui la police doit "être exemplaire". Il a toutefois précisé qu'il serait "d'un très grand soutien aux forces de l'ordre". "C'est mon rôle. Leur mission est essentielle pour affermir notre pacte républicain."

Cette annonce intervient une semaine après la révocation par Manuel Valls du commissaire Michel Neyret, l'ancien numéro 2 de la PJ lyonnaise. Sa révocation, la sanction la plus haute possible, avait été recommandée par le conseil de discipline de la police. Michel Neyret a été mis en examen pour "corruption", "trafic d'influence", "association de malfaiteurs" ou encore "trafic de stupéfiants".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.