Cet article date de plus de huit ans.

Les voitures des braqueurs d'Aubervilliers étaient surveillées

La police avait placé des balises sous ces deux véhicules volés plusieurs jours avant le braquage d'un fourgon blindé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un fourgon blindé a été victime d'une attaque devant une agence BNP Paribas à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le 4 juin 2012. (THOMAS SAMSON / AFP)

"On s'est servi des convoyeurs de fonds qui ont joué en fin de compte les lièvres, c'est carrément inadmissible !" Jacky Gontier, en charge du transport de fonds chez Force ouvrière, était scandalisé en apprenant mardi 5 juin que les véhicules des braqueurs qui ont attaqué un fourgon blindé lundi à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) étaient surveillés. Un convoyeur de fonds a été grièvement blessé au cours de l'attaque.

La Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de la police judiciaire parisienne avait mis en place des balises sous ces deux voitures volées car elles étaient susceptibles d'être utilisées par des braqueurs, selon une source policière. Avertis du mouvement de ces véhicules très tôt lundi matin, les policiers de la BRI se sont immédiatement rendus sur les lieux.

Deux suspects interpellés

"Attendre le flagrant délit pour opérer, ça me laisse pantois, il y a quand même aujourd'hui un homme qui est entre la vie et la mort", renchérit Pascal Quiroga, coordinateur national pour le transport de fonds à la FGTE-CFDT, première fédération syndicale du secteur.

"Dans la lutte contre le grand banditisme, il est fréquent et tout à fait normal de s'intéresser aux voitures susceptibles d'être utilisées. En revanche, il est impossible de mettre un policier derrière chaque voiture 24 heures sur 24", s'est défendu un haut responsable policier.

Deux membres présumés de l'équipe de malfaiteurs ont été rapidement interpellés lundi à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et à Aubervilliers. L'un d'eux a été arrêté près d'une heure et demie après l'attaque alors qu'il se trouvait à proximité d'une de ces deux voitures, une Peugeot 308.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.