Les policiers soupçonnés de viol déférés devant la justice

Trois des quatre policiers de la Brigade de recherche et d'intervention soupçonnés du viol d'une touriste canadienne dans les locaux de la police au prestigieux 36 quai des Orfèvres, à Paris, ont été déférés samedi devant la justice au terme de leur garde à vue. L'un d'eux a reconnu un rapport sexuel.

(Maxppp)

L'un des quatre policiers de la BRI, qui a passé 48h en garde à vue, a été remis en liberté samedi, sans charges à ce stade de l'enquête. Les trois autres en revanche devaient être présentés dans la soirée à un juge d'instruction. Ils pourraient être mis en examen pour viol en réunion et
modification de l'état des lieux d'un crime. Une dernière qualification qui
s'explique par le fait que les suspects auraient fait le ménage dans le bureau où
le viol se serait produit.

Le parquet de Paris va demander à ce que les policiers
de la BRI soient placés en détention provisoire car les investigations
sont loin d'être terminées, et afin d'éviter "d'éventuels
troubles à l'ordre public
".

Un témoignage jugé crédible

Selon l'AFP,  l'un des trois suspects aurait reconnu avoir
eu un rapport sexuel avec la touriste canadienne, mais il nierait l'avoir contrainte. Selon nos informations, les examens n'ont pas permis
de déterminer s'il y avait eu viol. Le témoignage de la présumée victime
est cependant jugé crédible par les experts psychiatres. 

A
LIRE AUSSI
 ►►► Soupçons de viol : la garde à vue des policiers prolongée