Cet article date de plus de sept ans.

Le procès des prothèses PIP aura bien lieu à Marseille

La Cour de cassation s'est déclarée incompétente pour dépayser le dossier. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le parc Chanot de Marseille (Bouches-du-Rhône), transformé en gigantesque palais de justice pour le procès des prothèses PIP, le 16 avril 2013. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Deux prévenus mettaient en cause l'impartialité du tribunal correctionnel de Marseille (Bouches-du-Rhône). La Cour de cassation s'est déclarée incompétente sur cette requête, mercredi 17 avril, laissant le calendrier du procès de l'affaire des prothèses PIP pour l'instant inchangé.

La demande émanait d'une ancienne cadre de l'entreprise d'implants mammaires. Cette dernière dénonçait le fait que le tribunal ait apporté "un soutien logistique aux victimes" en leur fournissant, lors d'une réunion en février 2012, des formulaires de constitution de partie civile et de demande d'indemnisation.

Un procès hors normes

Préparé de longue date, le procès, suivi pour francetv info par Violaine Jaussent, s'est ouvert mercredi dans le parc Chanot de Marseille, transformé en palais de justice pour accueillir les quelque 700 plaignantes (sur 5 000 au total) qui ont fait le déplacement. Cinq prévenus sont poursuivis pour "tromperie aggravée" et "escroquerie", dont Jean-Claude Mas, l'ancien président de PIP, dont la comparution est très attendue par les plaignantes.

Une autre requête portée devant la Cour de cassation pourrait néanmoins perturber le cours du procès : Jean-Claude Mas a en effet demandé le renvoi de ce dernier car sa citation à comparaître n'est pas datée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.