Cet article date de plus de cinq ans.

Le préjudice d'anxiété d'anciens mineurs reconnu aux Prud'hommes

Une première en France : les Prud'hommes de Longwy en Meurthe-et-Moselle ont reconnu vendredi le préjudice d'anxiété de dix mineurs lorrains, exposés au risque de développer des maladies graves.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Audience en décembre dernier après une requête de mineurs à Longwy © Maxppp)

Une "grande victoire ", un "moment historique ", disent les anciens mineurs. Les Prud'hommes ont reconnu vendredi à Longwy, en Meurthe-et-Moselle, le préjudice d'anxiété de dix anciens mineurs lorrains, dix anciennes gueules noires des mines de fer. Les Prud'hommes ont reconnu leur crainte de tomber malade pour avoir été exposés pendant leur travail à des produits dangereux.

Les mines de fer Lormines sont aujourd'hui fermées, mais les Prud'hommes ont condamné le liquidateur de la société à verser 4.500 euros de dommages et intérêts à chacun des dix mineurs. "C'est un moment historique, c'est la première fois que des mineurs font condamner les anciens exploitants, je devrais dire exploiteurs, pour les avoir exposés à des produits cancérogènes ", s'est félicité François Dosso, responsable de la CFDT Mineurs, la voix nouée par l'émotion. 

"C'est un grande satisfaction" réagit l'avocat des mineurs, Maître Jean-Paul Teissonnière joint par Cécile Soulé
--'--
--'--

La bataille juridique des anciens mineurs n'est pas terminée, la société condamnée pourrait faire appel. 850 demandes similaires d'anciens mineurs des houillères de Lorraine ont été déposées à Forbach en Moselle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.